Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Les "boîtes à bébés" se multiplient…! Pathétique !

Les "boîtes à bébés" se multiplient…! Pathétique !

Où va-t-on dans l’ignoble ?

On les trouve à l'entrée des hôpitaux, sur le parvis des mairies, à proximité des églises ou dans des rues très fréquentées. De loin, elles ressemblent à de larges coffres forts vitrés, souvent peints en jaune vif.

A l'intérieur, un lit auto chauffant, une caméra, et un signal d'alarme relié au centre de soins le plus proche. Sur la porte, un mode d'emploi rudimentaire indique comment ouvrir le coffre, y déposer son bébé, puis le refermer.

Au Moyen-Age, on les appelait les "tours d'abandon". Aujourd'hui, les "boîtes à bébé". Destinées aux parents en détresse qui veulent abandonner leur nouveau-né dans l'anonymat absolu, ces boîtes se multiplient en Europe, à tel point que les Nations unies tirent la sonnette d'alarme.

Les "boîtes à bébés" se multiplient…! Pathétique !

Onze pays européens concernés !

Le système avait pourtant disparu depuis plus d'un siècle en Europe. Mais la médiatisation de faits divers glaçants, comme l'abandon de nouveau-nés dans des poubelles, a remis au goût du jour cette pratique qui semblait d'un autre temps.

L'Allemagne a été la première à réintroduire le mécanisme en avril 2000 !!!

Depuis, dix autres pays européens l'ont adopté, comme l'Italie, la Suisse ou encore la Pologne.

Les "boîtes à bébés" se multiplient…! Pathétique !Les "boîtes à bébés" se multiplient…! Pathétique !

Aujourd'hui, plusieurs centaines de "boîtes à bébé" sont installées sur le Vieux continent.

Le fonctionnement est simple. Dans la plupart des pays qui utilisent ce système, le parent qui abandonne anonymement son enfant

dans l’une de ces « boîtes » a huit semaines pour revenir sur sa décision. Les services hospitaliers vérifient son identité grâce aux empreintes digitales prélevées sur le nouveau-né au moment où il est récupéré.

Passé ce délai, une procédure d'adoption classique est enclenchée, tandis que l'Etat devient légalement responsable de l'enfant.

 

Si la vie est misérable, elle est pénible à supporter.

Si la vie est heureuse, il est horrible de la perdre.

L’un revient à l’autre 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

David 12/06/2012 21:55

Je suis d'accord avec Hélène et Samuel , les commentaires sur ce site ont toujours été courtois, même si on s'exprime avec nos sensibilités différentes et nos idées différentes aussi. Il n'y a pas
de raison pour que ça change...! Quant à ces pauvres bébés ils sont mieux dans des berceaux aménagés qu'au début du siècle dernier où on les déposait sur le porche d'une église. Cordialement.

André 13/06/2012 06:54



Cher David, fidèle à ce blog,


Voitre alignement à la qualité des interpellations est la preuve formeelle de votre capacité à publier vos interventions toujours éclairés de vos analyses et
commentaires.


Merci. Bonne journée et cordialement, André



samuel 12/06/2012 19:40


Je suis bien d'accord avec le commentaire d'Hélène. Il y a façon et façon de déposer un commentaire.!!!        On discute sur le fond ( on peut être en désaccord  éventuellement ou apporter la
contradiction) mais on y met LA FORME. Amicalement

André 13/06/2012 06:51



Bonjour Samuel,


Votre position honore et respecte la qualité des forums verticaux et horizontaux qui donne bonheur à l'ami que vous êtes.


Merci de votre fidélité et de votre respect à l'égard de tous et toutes.


A bientôt aujourd'hui, Cordialement, André



Hélène 12/06/2012 19:25


Je suis sur le fond entièrement d'accord avec André, mieux vaut un minimum de confort pour ces pauvres bébés abandonnés qui démarrent leur vie sans rien et sans l'amour de leurs parents et sur la forme quand on fait un commentaire on ne se tutoie pas quand on ne se
connaît pas et on y met les formes !!!....

André 13/06/2012 06:49



Chère Hélene, Très Chère Hélene,


Merci de cette contribution qui va dans le sens éditorial de la tenue de ce blog à l'instar de tous les visiteurs qui respectent, et les uns et les autres
une éthique invariable d'objectvité, de richesses de comportement et de valeur ajoutée au plaisir de la prise de parole.


Bonne journée Hélène, Plus que cordialement, Biz. André



kranzler 12/06/2012 12:47


Il faut un peu réfléchir avant de parler, tu ne crois pas ? Les boItes à bébé sont 100 fois préférables aux bébés jetés dans des poubelles, non ?

AD 12/06/2012 14:41



Bon, eh bien, la « règle du jeu » veut que je réagisse à
« ton » commentaire. Mais auparavant, je suis allé au-devant de « ta » plume » et de « ton » verbe sur
« ton » site remarquable, avec l’hypocrisie totale dont je me donne la part d’usage en la circonstance de
« ton » verbe.  


Je retiens – avec les coupures qui s’imposent dans
le saucissonnage le plus condamnable qui soit, et pour mériter « ton » propos vindicatif et particulièrement agressif.


Je précise que j’assume les articles et publications parus sur mon blog. D’abord,
je corrige « ta » dissertation en forme de commentaire (que j’aurais pu dé valider, mais non finalement) en « te » précisant que je ne parle pas ici, mais que j’écris. (Juste un détail sans conséquence au plan rhétorique.)


Il ne vous aura pas échappé que
pour un parent, des parents, la perspective de la venue au monde d’un bébé – généralement neuf mois - appelle la responsabilité et non pas de tuer un nouveau-né qui n’a pas eu le temps,
 lui, de réagir à une décision mortifère. Il faut traduire ce que vous écrivez. Vous nommez
les « boites à bébé » comme irrémédiablement meilleures et 100 fois mieux que les poubelles hospitalières. Il faut assez de courage  « littéraire » pour oser
réagir de cette manière sans aller chercher les sources de la désespérance des parents sans prophylaxie préalable. Ces familles ont, peu ou prou, des accueils spécifiques pour faire en sorte que
la vie soit pérenne pour leur bébé.


Un bébé mort ? Une poubelle ? Non bien entendu. Un joli
petit lit propre et « confortable » ? Oui c’est mieux, plus confortable. Comme la mort silencieuse dans les deux cas !!!


En fait, on peut engendrer de la Vie, et la supprimer ensuite sans remords
puisqu’en « promotion », le lit confortable est « gratuit ». En d’autres circonstances, cela pourrait s’appeler un cercueil.
Mais c’est comme le cadeau surprise à la « Kinder » !


En écrivant ma réaction, je pense aux parents qui attendent - depuis souvent des
lustres - la conclusion positive de l’Administration Publique avec les qualités requises pour ADOPTER. (Mon frère – médecin – et son épouse
étaient dans cette spirale). Vous vous en foutez bien entendu…


Bah, je ne vais pas « plancher » tout ce temps perdu, vous que je lis s.e.o.o de ma part pour la première fois. Je donne juste à lire les milliers de visiteurs uniques de ce blog le caractère de celui qui écrit
sur votre blog en espérant que vos textes incrustés relèvent de la fiction, mais pas de votre vie
privée. Dans le cas contraire, je vous conseille de consulter.


Comme promis, quelques extraits saucissonnés à ma manière, et de
mon choix :


« La Machine
Pneumatique »


 « …/…Bon, c’est vrai, je précise que c’est une période
de ma vie ou presque tout me fait chier.../…Comme quoi, des fois, c’est vraiment trop con de se
retenir…/… « …/…Voilà qu’il commence à me parler comme si on avait gardé les vaches ensemble. Il a l’air très con,
manifestement. …/…Je ne demande pas qu’il y ait des Prix Nobel partout où je vais, non, pas du tout. …/…J’attends juste un minimum de
jugeote… /…Me demander du feu ou l’heure qu’il est, je veux bien. Mais pas plus…/… »





Mon "grand bonhomme écrivain", faut-il toujours


un cadavre pour que vienne un nouveau-né avec son cercueil
gratuit ?


Salut.


Un Prix Nobel de rien du tout...