Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Le Vatican condamne le livre « sexuel-positif » de Sœur Margaret Farley

shutterstock_45474517-615x345.jpgLe Vatican a condamné une nonne américaine « principale » d'écrire un livre dans lequel elle loue la masturbation féminine et approuve le divorce et des rapports homosexuels en vue de mariage, avertissant que le livre ne doit pas être utilisé par des éducateurs catholiques.


La critique du Vatican de Sœur Margaret Farley, professeur honoraire d'éthique Chrétienne à l'Université de Yale, vient intensifier la tension avec les nonnes américaines, après que le Saint-Siège les ait accusés de prêcher « le féministe radical » des idées.

Vatican1.jpgDans une déclaration approuvée par le pape Benedict et publié il y a quelques jours, les réclamations du bureau doctrinal du Vatican, le livre de Farley, « Aime Juste », un cadre pour l'Éthique Sexuelle Chrétienne, et « ignore l'enseignement constant du Magisterium, où il est de temps en temps mentionné un avis parmi d'autres ».

18437_Top_medium.jpgLes célibataires de déclaration et de réclamation inspirant la Sœur Farley, beaucoup de femmes « ont trouvé super ce traité dans le  « self-pleasuring » peut-être particulièrement dans la découverte des possibilités à elles-mêmes pour le plaisir. Sentiment que beaucoup n'avaient pas éprouvé ou avaient même connu même dans leurs rapports sexuels ordinaires avec des maris ou des amants. »

A propos de la masturbation, Sœur Margaret Farley conclut : « ce que j’écris sert en réalité des relations plutôt que les gêner ». Peu d’accord avec cette opinion, le Vatican a exposé et contredit se référant à la croyance Catholique que la masturbation est « une action gravement désordonnée" ».

La désapprobation du livre de Sœur Margaret Farley approuvant des rapports homosexuels ignorés « l'Écriture sainte Sacrée, que présente des actes homosexuels comme des lois de dépravation grave », et son soutien pour des unions homosexuelles était équivalent « à l'approbation d’un comportement déviant ». Le Vatican a dit ! On a considéré sa franchise pour divorcer et avec le remariage comme « de la violence à l’égard de la loi de Dieu ».


HollenbachWeb.jpgQuand « Aime Juste » a été d'abord publié en 2006, il a été adopté par des éducateurs catholiques aux Etats Unis et a gagné un prix de livre religieux prestigieux.


1546187.jpgLes Catholiques américains seniors se sont groupés pour défendre Farley. « Je regrette profondément que les officiels de l’église aient manqué d'apprécier la contribution importante Sœur Margaret Farley a commise, » a dit David Hollenbach, un théologien au à l'Université) de Boston.

La sœur Pat McDermott, le président des Sœurs de Pitié des Amériques, dont Farley est membre, décrit « le regret profond » de tous ses adhérents par rapport aux déclarations du Vatican.


Sœur Margaret Farley a admis dans une déclaration que ses idées ont viré de l'enseignement traditionnel de Catholicisme, et a ajouté : « J'ai essayé de montrer qu'elles reflètent néanmoins une cohérence profonde avec les buts centraux des traditions théologiques et morales. »

Cette approche fonctionne contrairement à la croyance ferme du pape Benedict dont l'Église catholique réchappera seulement s'il s'accroche à ses croyances principales sans compromis.


ratzinger-benoit_xvi.jpgLe rapport averti : « la Soeur Farley manifeste une compréhension défectueuse de la nature objective de la loi morale naturelle. Cette approche n'est pas compatible avec la théologie Catholique authentique. »


Cet incident est un autre tir dans la bataille en cours entre des nonnes américaines et le Vatican. Vendredi dernier, la plus grande organisation de sœurs américaines a réfuté la réclamation du Vatican qui était devenu la proie de l'idéologie féministe et n'apprenait plus aux vues Catholiques sur l'avortement et des unions homosexuelles.


La Conférence de Direction des Femmes Religieuses, qui représente la plupart de 57.000 nonnes de l'Amérique, déclare que le plan du Vatican d'envoyer un trio d'évêques pour récrire sa loi avait causé « le scandale et la douleur ». En réagissant au plan, les Catholiques ont tenu des veilles à l'extérieur des églises défendre des nonnes et 50.000 d’entre elles ont signé une pétition contre cette situation rigide.

 

 

 

COPYRIGHT-copie-1

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

Il y a des limites à ne pas dépasser . Quand on choisit de s'isoler du monde terrestre, et bien on abandonne les plaisirs de la chair, cela semble normal non ? Sinon vous imaginez le prochain
livre, une soeur qui pronerait l'homosexualité ou le libertinage, ca ferait désordre!!!!. Dans la vie on fait toujours des choix ... Après il faut assumer.... Cordialement
Répondre
A


Il est heureusement sage de penser, ou de se forcer à penser, que ces immaculées entrent en "ORDRE" qu'à un très jeune âge.


Ce sont les années qui passent qui fissurent leur mariage initiatique avec leur Dieu.


Bonne journée, André



M

Un livre courageux mais des propos encore difficiles à assimiler par certaines oreilles, laissons le temps au temps!
Répondre
A


Bonjour,


Hé oui en effet, c'est tout de même "tendance" dans nos générations actuelles que d'admetre les évidences de tolérance, non ?


Cordialement, André



E

Si une femme veut connaître les plaisirs de la chair, pourquoi devenir nonne ...!!!( rire)   Les catholiques
ou autres sont parfois des HYPOCRITES, ils ont une femme mais aussi une maîtresse . Puis pour soulager leur conscience ils font des retraites ... Quelle hypocrisie ... Ceci dit je vois mal Soeur
Theresa s'adonner à la pratique masturbatoire ...!!! Elle est au-dessus de tout çà .. MAis si certaines le font et bien elles n'ont pas besoin de le crier sur les toits ... Cordialement 
Répondre
A


Cher Elie,


Vous n'êtes pas sans savoir que les "maître-nonnes" ne sont à ce grade que vers un âge avancé. Alors que, c'est très jeune que telle ou telle femme se donne à son Dieu. C'est plus tard dans leur vie que
la physiolologie prend ses dividendes, partagés, si j'ose dire en cette circonstance, avec Dieu !


Bien à vous, André