Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Tout souvenir perdu est un appauvrissement…

Tout souvenir perdu est un appauvrissement…

Des villes englouties, rasées, désertées..., des villes autrefois prospères se sont vidées de leur population. Pour cause de guerre, de désastre écologique ou encore en raison de mauvaises conditions économiques, des cités sont désormais abandonnées.

Balestrino

De Balestrino à Prypiat la ville qui abritait les ouvriers de Tchernobyl, en passant par Oradour-sur-Glane, découvrez leur incroyable histoire.

Située dans la région de Ligurie, au nord-ouest de l'Italie, cette étrange cité médiévale semble endormie. Les volets sont clos, les maisons intactes.

Seule la végétation envahissante rappelle que la ville a été désertée.

Autrefois capitale économique de toute la vallée avec la culture de l'olive et de légumes, Balestrino possède toujours un château érigé au XVIe siècle en son sommet.

Mais à partir de 1962, l'instabilité sismique et les glissements de terrains poussent ses quelques 500 habitants à la fuir. Une nouvelle Balestrino, plus moderne, a été construite à quelques kilomètres sur un terrain plus favorable.

Des études sont toujours en cours pour essayer de sauver les bâtiments abandonnés. La partie médiévale reste désespérément vide.

Kolmannskuppe

Ensevelie sous des tonnes de sable : c'est l'inexorable destin de la ville de Kolmannskuppe ou Kolmanskop en afrikaans. 

Lorsqu'en 1908, le premier diamant a été trouvé dans le désert de Namib, en Namibie, des colons allemands fondent une cité qu'ils baptisent Kolmannskuppe.

La ruée vers l'or fait grandir la ville qui connaît son apogée en 1920 avec quelques 1000 habitants, une école, un théâtre ou encore un tramway vers la cité voisine de Luderitz.

Mais après la première guerre mondiale, le cours du diamant s'effondre et la mine n'est plus rentable.

Les habitants délaissent la cité qui sera totalement abandonnée en 1956. Depuis, le sable envahit tous les bâtiments.

La ville fantôme, menacée de disparition pure et simple, est devenue une attraction touristique.

Shanzhi.jpg

Originales et futuristes, ces maisons OVNI de toutes les couleurs sont désormais la proie des bulldozers.

En 1978, un promoteur immobilier décide de construire un complexe de loisirs haut de gamme à Shanzhi, en périphérie de Taipei, sur l'île de Taïwan. Les bâtiments, aux allures de soucoupes volantes, sortent de terre.

Mais au début des années 1980, le manque d'argent et des accidents sur le chantier provoquent l'arrêt de la construction.

Selon une légende, le lieu serait hanté et donc maudit. Quasiment jamais habitées, la cinquantaine de maisons ont été saccagées et sont fortement endommagées.

En 2009, les autorités locales ont décidé de raser toute la zone.

Oradour-sur-Glane ville

Maisons quasi détruites, voitures incendiées... Oradour-sur-Glane porte encore les marques de la journée du 10 juin 1944.

Ce village du Limousin était une paisible bourgade, prospère et attractive avec ses cafés, ses commerces et son tramway. Mais en pleine débâcle allemande, la division SS "das Reich" décide d'organiser une expédition pour réprimer la Résistance et se venger du débarquement du 6 juin.

Quelques 8000 soldats encerclent Oradour le 10 juin. Les hommes sont exécutés au hasard des rues tandis que les femmes et les enfants sont enfermés dans l'église qui sera incendiée.

Ce massacre a fait 642 victimes et n'a laissé que des ruines. Dans les années 1960, un nouveau bourg a été construit à quelques centaines de mètres, sur les plans de l'ancienne cité.

Symbole de la ruée vers l'or et du Far West, Bodie a connu un passé glorieux.

Bodie.jpg

En Californie, à l'est de la Sierra Nevada, un certains W. S. Bodey découvre dans un champ, en août 1859, une pépite d'or.

De camp de fortune, Bodie devient en 1862 une vraie ville avec ses mines, son bureau de poste, son Chinatown, ses banques, ses saloons et ses quelque 6 000 habitants.

Mais au début des années 1900, la population commence à décliner au fur et à mesure que le cours de l'or s'effondre. Le gisement s'épuise et son exploitation n'est plus rentable.

La ville, ravagée par un incendie en 1932, est peu à peu désertée. Dix ans plus tard, la dernière mine ferme. Bodie prend alors le visage de ville fantôme.

Aujourd'hui, deux cents bâtiments sont toujours debout et font la joie de centaines de touristes et la cité figure classée au Patrimoine historique depuis 1961.

Castelnuovo-dei-Sabbioni.jpg

Pourquoi la partie la plus ancienne du village de Castelnuovo dei Sabbioni est-elle abandonnée ?

La cité, située sur la commune de Cavriglia en Italie, a été bâtie au 13e et 14e siècle sur les collines du Chianti et du Valdarno. Au début du 20e siècle, la découverte d'un gisement de lignite fait sa fortune et attire jusqu'à 1000 habitants.

Mais l'exploitation de cette mine fragilise les bâtiments situés en hauteur. Dans les années 1970, un glissement de terrain fait de nombreux dégâts et incite les autorités à prendre une décision.

La vieille ville, menacée, est totalement évacuée. Les résidents sont relogés dans une nouvelle ville, en contrebas.

Aujourd'hui, la municipalité de Cavriglia a racheté les terrains du vieux village et souhaite le réhabiliter.

Island ou Gunkanjima tire son surnom, Battleship Island ou l'île navire, de sa forme et de ses hauts murs.

 Gunkanjima.jpg

En 1890, l'entreprise Mitsubishi achète l'île et la transforme en lieu de stockage pour ses équipes chargées de récupérer du charbon a fond de la mer. Cette île est située à 19 km des côtes de Nagasaki, au Japon.

En 1916, les premiers bâtiments en béton y sont construits dont plusieurs immeubles pour loger les familles des ouvriers.

L'île, qui mesure 160 m de large et 450 m de long, est alors habitée par 5000 personnes. L'épuisement des gisements provoque la fermeture de l'usine en 1974 et l'abandon de la cité.

Depuis, les bâtiments ont été saccagés et l'accès, fermé au public, n'a été rouvert qu'en avril 2009. Des visites guidées en bateau attirent de nombreux curieux.

Craco.jpg

Aucun doute : la cité médiévale de Craco reflète bien son état d'abandon.

Située dans la région de Basilicata, dans le sud de l'Italie, Craco a été édifiée vers 1060 sur une montagne.

En 1891, sa population qui a atteint les 2000 habitants vit de la culture du blé et de l'élevage. Mais les mauvaises récoltes et l'instabilité du terrain, avec des glissements de terrain, provoquent un exode.

En 1963, les 1800 habitants qui restaient ont été priés d'évacuer et se sont installés, dans la vallée, 7 km plus bas, au cœur d'une nouvelle cité baptisée Craco Peschiera. Depuis, la vieille ville dépérit.

 

Mais après que ces endroits aient disparus, les choses continuent d'exister par le nom qui, seul, reste en mémoire définitive...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Très intéressant.
Vous auriez pu aussi parler de ces villes détruites par les fanatiques islamistes, qui ont fait sauter et raser des monuments historiques ... !!! Cela me rappelle Hitler qui faisait flamber les bibliothèques !!!
Répondre
A
Quand j'imagine que LE "le Pen" et d'autres hélas, mettent Hitler leur compagnon !!!!