Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Nous sommes trompés par les apparences…

La vie artificielle, un spectacle de mensonges et d’apparences.
   

316.jpgLe spectacle se présente comme une énorme positivité indiscutable et inaccessible. Il ne dit rien de plus que « ce qui apparaît est bon, ce qui est bon apparaît ». L’attitude qu’il exige par principe est cette acceptation passive qu’il a déjà en fait obtenue par sa manière d’apparaître sans réplique, par son monopole de l’apparence et la toxicomanie...

 

En tant qu'indispensable parure des objets produits maintenant, en tant qu'exposé général de la rationalité  des systèmes, et en tant que secteur économique avancé qui façonne directement une multitude croissante d'images-objets, le spectacle est la principale « production » de la société mondiale mais actuelle.

Le spectacle se soumet les hommes vivants dans la mesure où l'économie les a totalement soumis.

 

Il n'est rien que l'économie se développant pour elle-même.

Il est le reflet fidèle de la production des choses, et l'objectivation infidèle des producteurs et des politiques générales.

 

L-Uomo-in-piu-ou-les-consequences-de-l-argent-roi-a-Naples_.jpgLa première phase de la domination de l'Argent-Roi sur la vie sociétale avait entraîné dans  la définition de toute réalisation humaine une évidente dégradation de l'être.

La phase présente de l'occupation totale de la vie sociale par les résultats accumulés de l'économie conduit à un glissement généralisé de l'être au paraître, dont tout «avoir» effectif doit tirer son prestige immédiat et sa fonction dernière.

 

En même temps toute réalité individuelle est devenue sociale, directement dépendante de la puissance, façonnée par elle.

 

depositphotos_6712380-Magnifying-Glass-Mass-Media.jpgEn ceci seulement qu'elle n'est pas, il lui est permis d'apparaître. La discussion creuse sur le spectacle, c’est-à-dire sur ce que font les propriétaires du monde, est ainsi organisé par lui-même : on insiste sur les grands moyens du spectacle, afin de ne rien dire de leur « grand emploi ».

On préfère souvent l’appeler le médiatique.

 

La nouvelle richesse de la communication de tous par les mass-médias, communication enfin parvenue à la pureté unilatérale, où se fait paisiblement admirer la décision déjà prise.

 

millau4.jpgCe qui est communiqué, ce sont les ordres ; et, fort opportunément, ceux qui les ont donnés sont également ceux qui diront ce qu’ils en pensent.

De même que la logique de la marchandise prime sur les diverses ambitions concurrentielles de tous les commerçants, ou que la logique de la guerre domine toujours les fréquentes modifications de l’armement, de même la logique sévère du spectacle apeuré des Citoyens du monde commande partout la foisonnante diversité des extravagances médiatiques.


La société modernisée jusqu’au stade du spectaculaire intégré se caractérise par l’effet combiné de cinq traits principaux, qui sont : le renouvellement technologique incessant, la fusion économico-étatique, le secret généralisé, le faux sans réplique, un présent perpétuel.

 

L'ineptie qui se fait respecter partout, il n'est plus permis d'en rire. En tout cas, il est devenu presqu'impossible de faire savoir qu'on en rit ! Jaune, pour ma part !


 

 

Le choix de la liberté n’est pas aisé à faire

lorsque l’on est soi-même

sous l’emprise de faux-semblants

 

 

 

COPYRIGHT-copie-1

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article