Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Lettre ouverte à Madame la Présidente du Front National

  Serieuse.jpg

Madame,

Je vous ai écouté calmement et avec attention lors de vos « prestations » sur les médias. Je me dois de vous dire que, en effet, vous ne ressemblez pas à votre père ! Beaucoup s’en faut et tant mieux !

Mais :

 

  • guillotine.jpgVous êtes (à titre personnel, c’est noté) POUR la peine de mort dans telle ou telle circonstance. Mais, quand même vous connaissez, avec vos Conseils, (exemple – hélas – Me Gilbert Collard) que la peine de mort n’a jamais été constatée comme un instrument qui fasse faiblir la délinquance !!!
  • large_photo_pdf_119365_1_1.jpgVous ne n’avez jamais connu de misères telles que vous découvrez ces malheureux pendant votre campagne électorale. C’est vrai, c’est honnête de l’avoir dit sur un plateau de télévision…Donc acte. (Il est vrai que Saint-Cloud et son hôtel particulier est loin de ces banlieues meurtries !...)
  • Vous feriez appel à des criminologues, plutôt que des psychologues. Dont acte. Voyez donc les experts à cet égard. Il y en a de remarquables. Mais vous serez renseignée par Alain Bauer, sommité à cet égard mais aussi  l'Institut des Hautes Etudes en Criminologie, IHECRIM, qui est la première école pratique de criminologie en France.
  • avec-papa.jpgLorsque votre « Parti » vous a élue Présidente, je note que votre papa a été promu … Président d’Honneur ! (honneur ?) : Votre propos triomphal « J’assume tout, y compris le Président de papa) »
  • israel.jpgVous êtes allé en Israël, en tant qu’invité. C’est bien. Mais si vous alliez en touriste avec votre papa - pour visiter les camps de concentration du 3ème Reich - peut-être que votre papa va « fléchir » son appréciation sur quelques « détails » ?
  • 76s2eamy.gifLà, des hommes, des femmes, des enfants n’ont pas été tués ! Pire : ils ont été brûlés vivants ! Des juifs bien sur, mais aussi tous ceux qui étaient « étrangers » !!!

Je pourrais, à satiété, ajouter de nombreux items…

Mais vous faites carrière – et vous apprenez vite – sir les rives populistes avec un grand « P » et (de plus les sondages) vous semblent « favorables ». Mon blog (privé) est important en termes de visiteurs. C’est un « buzz » qui sera repris.

billet_FN-640x.jpgParce que votre carrière, avec le respect qu’en démocrate je vous dois, c’est aux populations, désespérées par la Gauche et par Sarkozy et « ses droites », que j’essaie (c’est mon droit, n'est-ce pas ?) de leur faire comprendre qu’avec votre Parti, (la France et l’Europe étant déjà mal barrées…), vous les mènez à deux pas, que dis-je UN pas…au bord du ravin, de la VRAIE faillite.

Bien sur, j’ai visité votre site et j’ai été atterré ! Aucun chiffre cohérent, rien… Vous ne dites que ceux que vous entrainaient veulent entendre…     

Un point, c’est tout.

    LES SYNDICATS

 

Marine-point.jpg- " Le syndicalisme officiel, tel qu'il existe actuellement, n'est plus légitime. Les syndicats prétendument représentatifs n'assurent plus leurs fonctions au service des salariés. Ils ont tendance à détourner leur colère, à exploiter leurs problèmes et servent de supplétifs, aussi bien au pouvoir qu'au patronat. Ils ne dénoncent pas le danger majeur du mondialisme. Ils ne posent pas, non plus, les vraies questions, comme celle de la défense de l'exclusivité nationale dans les emplois publics. " (Bruno Mégret, 24 octobre 1996.)

 

L'EUROPE

 

avec-papa-copie-1.jpg- " Le traité de Maastricht détruit notre identité nationale. Il transfère la souveraineté à un super-Etat fédéral européen; il interdit à la France toute politique d'immigration puisque les visas seront du ressort du conseil des ministres de l'Union européenne. " (Jean-Marie Le Pen, 11 septembre 1992.)  

 

LA SHOAH

 

imagesss.jpg- " Je suis passionné par l'histoire de la seconde guerre mondiale. Je me pose un certain nombre de questions. Je ne dis pas que les chambres à gaz n'ont pas existé. Je n'ai pas pu moi-même en voir. Je n'ai pas étudié spécialement la question. Mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la seconde guerre mondiale. " (Jean-Marie Le Pen, 13 septembre 1987.)

- " Je ne parle pas de four crématoire. Je fais un jeu de mots sur Durafour crématoire. Pourquoi ? Car M. Durafour à plusieurs reprises a dit qu'il souhaitait l'élimination totale du Front national. Alors ce jeu de mots me vient à l'esprit. " (Jean-Marie Le Pen, 26 septembre 1988.)

 

LES JUIFS

 

photo_1258722540051-1-0-300x273.jpg- " Il est d'ailleurs curieux que ce soient les mêmes qui réclament des frontières sûres et garanties pour Israël qui veulent qu'on détruise celles de la France. "(Jean-Marie Le Pen, 1er mai 1992.)

 

LA CULTURE

 

Patrick-Bruel.jpg- " La ville de Toulon devra se priver des vocalises du chanteur Benguigui (Patrick Bruel). Ses jappements de chiot mal lavé et mal élevé n'empêcheront pas le Front national de continuer son action politique en faveur des Français menacés d'être des parias dans leur propre pays. " (Jean-Marie Le Pen, 21 juin 1995.)  

- " La conception que j'ai de la culture est une conception restreinte, et par là-même élitiste [...]. Rap, tag sont des modes passagères, des excroissances pathogènes [...]. J'ai plus confiance dans les beautés de ceux qui nous ont précédés que dans celles de ceux qui vont nous suivre. " (Jean-Marie Le Pen, 1er juin 1996.)

 

L'ÉCONOMIE

 

images-marine.jpg- Supprimer l'impôt sur le revenu et réduire en conséquence les dépenses de l'Etat ;

- " réhabiliter les frontières " en contingentant les importations ou en mettant en place des " droits de douane équilibrant les écarts de coût de main- d'œuvre " ;

- en matière d'agriculture, " restaurer intégralement la préférence communautaire et refuser le gel des terres " ;

- assurer l'autosuffisance de la France, tant pour la population que pour les troupeaux, en recourant " le moins possible à des approvisionnements extérieurs " et en prohibant les produits agricoles extra-européens.

 

L'EUROPE

 

inquiete.jpg- Supprimer la Commission de Bruxelles et la remplacer par " un simple secrétariat général aux responsabilités et moyens limités " ;

- " redéfinir la nature de l'organisation de l'Europe " pour " mettre sur pied la Confédération de l'Europe des patries " ;

- remplacer l'OTAN par une " alliance militaire européenne ".

 

LES INSTITUTIONS

 

Marine-et-papa.jpg- Permettre l'organisation de référendums sur " toute matière engageant l'avenir du pays " ; généraliser le scrutin proportionnel ;

- modifier les limites départementales sur proposition des conseils municipaux ; diminuer le nombre des régions, rapprocher leurs frontières de celles des anciennes provinces et limiter leurs compétences aux transports et infrastructures ;

- limiter le rôle de l'Etat à ses compétences " régaliennes " ( " ordre intérieur ", " sécurité extérieure ", " identité ", " équilibres financiers et économiques généraux ") ;

- limiter le ressort territorial des organismes sociaux, syndicats et ordres professionnels et faire " désigner " leurs membres " au scrutin proportionnel ".

 

LA DÉFENSE

 

- " Mettre sur pied les moyens capables de s'opposer au danger multiforme représenté par l'installation sur notre sol de populations étrangères inassimilables. "

 

LES MÉDIAS

 

- Rétablir les médias comme " outil de promotion des valeurs fondamentales du pays " ; créer une " haute juridiction des médias " chargée notamment de rétablir l'équilibre entre toutes les familles de pensée.

LE RACISME

- Abroger les lois pénalisant les auteurs d'injures, propos, diffamations et discriminations racistes, tout comme celle instituant le délit de contestation de crime contre l'humanité.

 

LA NATIONALITÉ

 

- Réserver aux enfants de Français la nationalité française ;

- Naître en France ne donnerait plus droit à la nationalité ;

- imposer aux couples " mixtes " une " période probatoire " de dix ans pour le conjoint étranger désireux de devenir français ;

- la seule voie d'accès à la nationalité serait la naturalisation soumise à une " enquête de moralité " effectuée par la municipalité de résidence.

 

L'IMMIGRATION

 

vue.jpg- Dénoncer les accords de Schengen ; - supprimer la possibilité pour les résidents étrangers d'être rejoints par leur conjoint et leurs enfants ;

- rapatrier trois millions d'immigrés en sept ans " dans le cadre d'accords bilatéraux de développement " ;

- supprimer les visas de court séjour en France et les remplacer " par un cautionnement obligatoire au montant dissuasif ".

LA JUSTICE

 

- Rétablir la peine de mort pour les assassins d'enfants ou de vieillards, les meurtres de policiers ou de gendarmes, de gardiens de prison, convoyeurs de fonds, les trafiquants de drogue et les terroristes ;

- prohiber " toutes les formes de collégialité " dans les tribunaux " parce qu'elles déresponsabilisent les magistrats " ;

- autoriser les contrôles d'identité " dès qu'existent des éléments objectifs permettant de présumer la qualité d'étranger ".

LE SOCIAL  

- Réserver aux Français les emplois, la formation professionnelle, les aides sociales, le RMI,

les logements sociaux et les allocations familiales ;

- réserver aux salariés le bénéfice du régime général de la Sécurité sociale et introduire la concurrence entre Sécurité sociale, mutuelles et assurances privées ;

- introduire la concurrence entre régimes de retraite par répartition et fonds de pension par capitalisation ;

- séparer les caisses de Sécurité sociale des Français de celles des étrangers ;

- supprimer les droits de succession en ligne directe.

 

LA SANTÉ

 

- Instaurer un dépistage systématique du sida aux frontières. Les " ressortissants des pays à risques " devront se soumettre à un " test obligatoire avant d'accéder au territoire national "  

 

LA FAMILLE

 

- Considérer l'avortement comme un " acte médical d'exception ", remettre en question sa légalisation, supprimer son remboursement et faciliter l'adoption de l'enfant à naître ;

- donner aux parents autant de fois le droit de vote qu'ils ont d'enfants mineurs ;

- instaurer un " revenu parental " versé pendant trois ans pour les familles d'un ou deux enfants et jusqu'aux dix-huit ans du dernier-né pour les familles de trois enfants.  

 

L'ÉDUCATION

 

- Instaurer la concurrence entre écoles publiques et privées en supprimant la sectorisation et en distribuant des " chèques scolaires " aux parents afin de leur permettre de choisir l'établissement ;

- " rétablir les examens, les notations, les classements et les prix " ;

- " rétablir la sélection " dans les études secondaires ainsi qu'à l'université " tant à l'entrée qu'au cours des études ", un " chèque universitaire " étant versé à chaque étudiant en fonction de ses résultats.

 

LA " PRÉFÉRENCE NATIONALE "

 

- Bruno Mégret, porte-parole de la municipalité de Vitrolles, annonce la création d'une allocation municipale " de naissance " de 5 000 francs versée aux " parents français ou européens " de nouveau-nés vitriolais. " Il est normal que les Français soient prioritaires chez eux, en France, et les Européens en Europe ", dit M. Mégret (22 janvier 1998).

 

LES ASSOCIATIONS

 

Logo-restos-du-coeur_jpg.jpg- Aussitôt élue, la municipalité de Marignane supprime les crédits et le local mis à la disposition de l'association L'éclat, qui fait de l'alphabétisation et du soutien scolaire. De même, le maire refuse de continuer à mettre à la disposition des Restos du Cœur un camion et deux employés municipaux.

- Le 22 mars 1996, la municipalité de Toulon vote son premier budget. Contrairement aux engagements de M. Le Chevallier de baisser les impôts, une augmentation de plus de 9 % est adoptée. Les subventions aux associations sont revues : celle du Centre communautaire israélite est supprimée, celle de la Société des amis des chats augmente de 40 000 francs, tandis que le Secours populaire obtient 8 000 francs.

- Dans les semaines qui suivent son élection, le 9 février 1997, à la mairie de Vitrolles, Catherine Mégret et son conseil municipal suppriment des subventions à des associations, dont la régie de quartier de la cité des Pins, et se séparent de plusieurs animateurs de quartier. Une vive polémique est engagée avec le commissariat de la ville, accusé par la mairie de ne pas remplir ses tâches.

- Après sa démission, en janvier 1996, du poste de directeur du service des sports de la ville de Marignane, Joseph Mahmoud, vice-champion olympique du 3000 mètres steeple en 1984, déplore " la casse " du Jogging international de Marignane, un des clubs d'athlétisme les plus prestigieux de France. Plusieurs athlètes d'élite ont rejoint d'autres clubs après que le premier adjoint au maire eut déclaré, peu après l'élection de la municipalité FN, que la dizaine de sportifs embauchés comme employés municipaux ne seraient " plus payés pour courir, mais pour travailler 37 h 30 par semaine ".  

 

L'ÉCOLE

 

- A la rentrée scolaire 1995, la municipalité de Marignane décide de supprimer les menus spéciaux dans les cantines de la commune, qui permettaient de proposer aux enfants de religion juive ou musulmane des plats de substitution ne contenant pas de porc. Cette mesure a été depuis reconduite.

- Le conseil municipal de Marignane décide, le 24 juin 1996, de réserver les cantines scolaires aux seuls enfants dont les deux parents peuvent prouver qu'ils travaillent. Le 27 novembre, le tribunal administratif ordonne le sursis à exécution de cette délibération.

 

16 NOVEMBRE 1987

 

Jean-Marie Le Pen est condamné à 5 000 et 3 000 francs d'amende par le tribunal de Paris pour " provocation à la haine, à la discrimination et à la violence raciales " à propos d'un tract publié en 1983 lorsqu'il était candidat au mandat de conseiller municipal du 20e arrondissement de Paris et pour avoir présenté la présence d'immigrés en France comme une " véritable invasion ", le 14 février 1984, à l'émission " L'heure de vérité ", sur Antenne 2. Cette décision a été confirmée par la cour d'appel de Paris, le 29 mars 1989.

 

18 DÉCEMBRE 1991

 

Jean-Marie Le Pen est condamné à 100 000 francs de dommages et intérêts par la cour d'appel de Versailles pour avoir affirmé, lors de l'émission " Le grand jury RTL- Le Monde " du 13 septembre 1987, à propos de la contestation des chambres à gaz par des écrivains révisionnistes : " Je n'ai pas étudié la question mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la seconde guerre mondiale. "

 

27 MAI 1992

 

Le tribunal de Paris condamne Jean-Marie Le Pen pour diffamation à 1 franc de dommages et intérêts pour avoir qualifié Jean-Christophe Cambadélis, animateur du Manifeste contre le Front national, d' "ami des organisations terroristes allemandes".

 

3 JUIN 1993

 

La cour d'appel de Paris confirme la condamnation en première instance de Jean-Marie Le Pen à une amende de 10 000 francs pour son calembour " Durafour-crématoire " proféré aux dépens de Michel Durafour, le 2 septembre 1988, lors de l'université d'été du Front national à Cap-d'Agde (Hérault).

 

6 JANVIER 1997

 

Le tribunal de Strasbourg condamne Jean-Marie Le Pen à verser 1 franc symbolique pour diffamation à l'association Ras l'Front, qu'il avait qualifiée de " mouvement de tueurs de flics ".

 

4 JUILLET 1997

 

Le tribunal de Paris condamne Jean-Marie Le Pen à 5 000 francs d'amende pour avoir traité de " gros zébu fou " le président de SOS-Racisme, Fodé Sylla.

 

26 DÉCEMBRE 1997

 

Le tribunal de Nanterre, statuant en référé, condamne Jean-Marie Le Pen à 1 franc de dommages et intérêts et à la publication du jugement dans dix journaux pour avoir déclaré, le 5 décembre à Munich, que dans " un livre de mille pages sur la seconde guerre mondiale, les camps de concentration occupent deux pages et les chambres à gaz dix à quinze lignes, ce qui s'appelle un détail ". Ces mêmes propos lui ont valu, courant décembre, une mise en examen pour " contestation de crimes contre l'humanité ", notifiée par le juge d'instruction parisien Jean-Paul Valat.

 

19 ET 20 FÉVRIER 1998

 

Jean-Marie Le Pen comparaît devant le tribunal correctionnel de Versailles pour " violences en réunion " et " injures publiques " pour avoir violemment pris à partie la candidate socialiste aux élections législatives à Mantes-la-Jolie, Annette Peulvast-Bergeal, lors d'incidents survenus le 30 mai 1997. Le procureur a requis contre M. Le Pen une peine de trois mois de prison, éventuellement assortie de sursis, une amende de 20 000 francs, ainsi que la privation de ses droits civiques, civils et de famille pendant deux ans, ce qui le rendrait inéligible. Jugement le 2 avril.

 

9 MARS 1998

 

La cour d'appel d'Aix-en-Provence confirme la condamnation de Catherine Mégret, maire (FN) de Vitrolles, à trois mois de prison avec sursis et 50 000 francs d'amende pour " complicité de provocation à la haine raciale ". Mme Mégret avait notamment déclaré, en février 1997, au quotidien allemand Berliner Zeitung que " les immigrés [... ] , ils font je ne sais combien de gamins, qu'ils mettent dans la rue. Ils font des gamins pour toucher des allocations, ils ne les élèvent même pas. [...] Vous interrogez n'importe qui, à part une personne de mauvaise foi, on va vous répondre qu'effectivement il y a des différences entre les races, il y a des différences entre les gènes. C'est ce que disait M. Le Pen."  

 

presidente.jpg

 

2 AVRIL 1998

 

La chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Versailles condamne M. Jean-Marie Le Pen pour " violence en réunion " et " injures publiques " à deux ans de privation de ses droits civiques, ce qui entraîne son inéligibilité et la destitution de ses mandats de conseiller régional et de député européen, ainsi qu'à 20 000 francs de dommages et intérêts à Annette Peulvast-Bergeal. Ce jugement fait suite à l'agression dont avait été victime la candidate socialiste, aujourd'hui députée, le 30 mai 1997 à Mantes-la-Jolie. Le leader du Front National avait décidé de faire appel.

 

Et on en passe, de vos procédures perdues !!!

 

         COPYRIGHT-copie-1

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Paul 22/12/2011 22:28


Bonjour,


La lettre très bien, les citations OK, les condamnations bravo, mais j'aurais aimé par honneteté voir également toutes les condamnations en faveur de JM LP et de M LP...


Tout comme je suis également sûr de voir sur votre blog, le même traitement appliqué à Monsieur Hollande qui comme Marine le Pen a un père .... mais en beuacoup plus grave ...


Aux declarations de chaque politicien, du genre des "odeurs" de Chirac, ou de ce cher Georges Frêche.


Pour finir avec un florilège des qualificatifs concernant les Français dans la bouche des politiciens ou dans les journaux des pays d'ou viennent vos chers immigrés, Algérie entre autres ..


De De Gaule parlant d'un peuple arrogant et ...


ou  un rappel sur Miterrand recipiendaire de la Francisque etc... 


Meilleures salutations

André 23/12/2011 08:15



Merci de votre commentaire... Mais les jugements ont été publiés :


1.      
" Le syndicalisme officiel, tel qu'il existe actuellement, n'est plus
légitime. Les syndicats prétendument représentatifs n'assurent plus leurs fonctions au service des salariés.
Ils ont tendance à détourner leur colère, à exploiter leurs problèmes et servent de supplétifs, aussi bien au pouvoir qu'au patronat. Ils ne dénoncent pas le danger majeur du mondialisme. Ils ne
posent pas, non plus, les vraies questions, comme celle de la défense de l'exclusivité nationale dans les emplois publics. " (Bruno Mégret, 24 octobre 1996.)  


2.      
" Le traité de Maastricht détruit notre identité nationale. Il transfère la souveraineté à un super-Etat fédéral européen; il
interdit à la France toute politique d'immigration puisque les visas seront du ressort du conseil des ministres de l'Union européenne. " (Jean-Marie Le Pen, 11 septembre 1992.)
   


3.      
" Je suis passionné par l'histoire de la seconde guerre mondiale. Je me pose un certain nombre de questions.
Je ne dis pas que les chambres à gaz n'ont pas existé. Je n'ai pas pu moi-même
en voir. Je n'ai pas étudié spécialement la question. Mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la seconde guerre mondiale. " (Jean-Marie Le Pen, 13
septembre 1987.)


4.      
" Je ne parle pas de four crématoire. Je fais
un jeu de mots sur Durafour crématoire. Pourquoi ? Car M. Durafour à plusieurs reprises a dit qu'il
souhaitait l'élimination totale du Front national. Alors ce jeu de mots me vient à l'esprit. " (Jean-Marie Le Pen, 26 septembre 1988.)  


5.      
" Il est d'ailleurs curieux que ce soient les mêmes qui réclament des frontières sûres et
garanties pour Israël qui veulent qu'on détruise celles de la France. "(Jean-Marie Le Pen, 1er mai
1992.)  


6.      
" La ville de Toulon devra se priver des
vocalises du chanteur Benguigui (Patrick Bruel). Ses jappements de chiot mal lavé et mal élevé
n'empêcheront pas le Front national de continuer son action politique en faveur des Français menacés d'être des parias dans leur propre pays. " (Jean-Marie Le Pen, 21 juin
1995.) 


7.        Bruno Mégret, porte-parole
de la municipalité de Vitrolles, annonce la création d'une allocation municipale " de naissance " de 5 000 francs versée aux " parents français ou européens " de nouveau-nés vitriolais. " Il est
normal que les Français soient prioritaires chez eux, en France, et les Européens en Europe ", dit M. Mégret (22 janvier 1998).


8.      
Aussitôt élue, la municipalité de Marignane supprime les crédits et le local mis à la disposition de l'association L'éclat, qui
fait de l'alphabétisation et du soutien scolaire. De même, le maire refuse de
continuer à mettre à la disposition des Restos du Cœur un camion et deux employés municipaux.


9.      
Le 22 mars 1996, la municipalité de Toulon vote son premier budget. Contrairement aux engagements de M. Le Chevallier de
baisser les impôts, une augmentation de plus de 9 % est adoptée. Les
subventions aux associations sont revues : celle du Centre communautaire israélite est supprimée, celle de la Société des amis des chats augmente de 40 000 francs, tandis que le Secours populaire
obtient 8 000 francs.


10.    Dans les semaines qui suivent son élection, le 9 février 1997, à la mairie de Vitrolles, Catherine Mégret et son conseil municipal
suppriment des subventions à des associations, dont la régie de quartier de la cité des Pins, et se séparent de plusieurs animateurs de quartier. Une vive polémique est engagée avec le
commissariat de la ville, accusé par la mairie de ne pas remplir ses tâches.


11.   
Après sa démission, en janvier 1996, du poste
de directeur du service des sports de la ville de Marignane, Joseph Mahmoud, vice-champion olympique du 3000 mètres steeple en 1984, déplore " la casse " du Jogging international de Marignane, un
des clubs d'athlétisme les plus prestigieux de France. Plusieurs athlètes d'élite ont rejoint d'autres
clubs après que le premier adjoint au maire eut déclaré, peu après l'élection de la municipalité FN, que la dizaine de sportifs embauchés comme employés municipaux ne seraient " plus payés pour
courir, mais pour travailler 37 h 30 par semaine ".  


12.    A la rentrée scolaire 1995, la municipalité de Marignane décide
de supprimer les menus spéciaux dans les cantines de la commune, qui permettaient de proposer aux enfants de religion juive ou musulmane des plats de substitution ne contenant pas de
porc. Cette mesure a été depuis reconduite.


13.    Le conseil municipal de Marignane décide, le 24 juin 1996, de réserver les cantines scolaires aux seuls enfants dont les deux parents
peuvent prouver qu'ils travaillent. Le 27 novembre, le tribunal administratif ordonne le sursis à exécution de cette délibération.


14.    Jean-Marie Le Pen est condamné à 5 000 et 3 000 francs d'amende par le tribunal de Paris pour " provocation à la haine, à la discrimination et à la violence raciales " à
propos d'un tract publié en 1983 lorsqu'il était candidat au mandat de conseiller municipal du 20e arrondissement de Paris et pour avoir présenté la présence d'immigrés en France comme une "
véritable invasion ", le 14 février 1984, à l'émission " L'heure de vérité ", sur Antenne 2. Cette décision a été confirmée par la cour d'appel de Paris, le 29 mars 1989.  


15.    Jean-Marie Le Pen est condamné à 100 000 francs de dommages et intérêts par la cour d'appel de Versailles pour avoir affirmé, lors de
l'émission " Le grand jury RTL- Le Monde " du 13 septembre 1987, à propos de la contestation des chambres à gaz par des écrivains révisionnistes : " Je n'ai pas étudié la question mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la
seconde guerre mondiale. "  


16.    Le tribunal de Paris condamne Jean-Marie Le Pen pour diffamation à 1 franc de dommages et intérêts pour avoir qualifié Jean-Christophe
Cambadélis, animateur du Manifeste contre le Front national, d' "ami des
organisations terroristes allemandes".  


17.    La cour d'appel de Paris confirme la condamnation en première instance de Jean-Marie Le Pen à une amende de 10 000 francs pour son calembour "
Durafour-crématoire " proféré aux dépens de Michel Durafour, le 2 septembre 1988, lors de l'université d'été du Front national à Cap-d'Agde (Hérault).  


18.    Le tribunal de Strasbourg condamne Jean-Marie Le Pen à verser 1 franc symbolique pour diffamation à l'association Ras l'Front, qu'il avait
qualifiée de " mouvement de tueurs de flics ".  


19.    Le tribunal de Paris condamne Jean-Marie Le Pen à 5 000 francs d'amende pour avoir traité de " gros zébu fou " le président de
SOS-Racisme, Fodé Sylla.


20.    Le tribunal de Nanterre, statuant en référé, condamne Jean-Marie Le Pen à 1 franc de dommages et intérêts et à la publication du jugement dans dix journaux pour
avoir déclaré, le 5 décembre à Munich, que dans " un livre de mille pages sur la seconde guerre mondiale, les camps de concentration occupent deux pages et les chambres à gaz dix à quinze lignes,
ce qui s'appelle un détail ". Ces mêmes propos lui ont valu, courant décembre, une mise en examen pour " contestation de crimes contre l'humanité ", notifiée par le juge d'instruction parisien
Jean-Paul Valat.


21.    Jean-Marie Le Pen comparaît devant le tribunal correctionnel de Versailles pour " violences en réunion " et " injures
publiques " pour avoir violemment pris à partie la candidate socialiste aux élections législatives à Mantes-la-Jolie, Annette Peulvast-Bergeal, lors d'incidents survenus le 30 mai
1997. Le procureur a requis contre M. Le Pen une peine de trois mois de prison, éventuellement assortie de sursis, une amende de 20 000 francs, ainsi que la privation de ses droits civiques,
civils et de famille pendant deux ans, ce qui le rendrait inéligible. Jugement le 2 avril.


22.    La cour d'appel d'Aix-en-Provence confirme la condamnation de Catherine Mégret, maire (FN) de Vitrolles, à trois mois de prison avec sursis et 50 000 francs
d'amende pour " complicité de provocation à la haine
raciale ". Mme Mégret avait notamment déclaré, en février 1997, au quotidien allemand Berliner Zeitung que " les immigrés [... ] , ils font je ne sais combien de gamins,
qu'ils mettent dans la rue. Ils font des gamins pour toucher des allocations, ils ne les élèvent même pas. [...] Vous interrogez n'importe qui, à part une personne de mauvaise foi, on va vous
répondre qu'effectivement il y a des différences entre les races, il y a des différences entre les gènes. C'est ce que disait M. Le Pen."  


23.    La chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Versailles condamne M. Jean-Marie Le Pen pour " violence en réunion " et " injures publiques " à deux ans de privation de ses
droits civiques, ce qui entraîne son inéligibilité et la destitution de ses mandats de conseiller régional et de député européen, ainsi qu'à 20 000 francs de dommages et intérêts à Annette
Peulvast-Bergeal. Ce jugement fait suite à l'agression dont avait été victime la candidate socialiste, aujourd'hui députée, le 30 mai 1997 à Mantes-la-Jolie. Le leader du Front National avait
décidé de faire appel.


Par contre, vous avez raison, il y en au pour tout le monde des policiens, de gauche et de droite..et surtout des "extrêmes". Mais
j'ai orienté, si vous ml'y autorisez de prendre parti - si j'ose dire - contre toutes formes de populisme.


Malheureusement, nos
politiciens sont pour la plupart - pas tous quand même, incompétents, soit corrompus. Quelquefois les deux en même temps, le même jour !





ANDRE


 



mireille du sablon 20/12/2011 07:54


Bonjour André,


Je l'écoute en ce moment sur Europe 1, quelle femme détestable,  la digne fille de son père! Au secours la France, réveille-toi, pas ça!


Bonne journé, bises, Mireille du Sablon

André 20/12/2011 08:35



Bonjour Mireille, en m'adessant à la Président - maon article sera t'il repis par d'autres bloguers privés ??? - Je veux surtout susciter un sursaut auprès de la classe ouvrière - ouvrière (en
principe) et/ou droite - laquelle est atteinte de cécité parce qu'elle en a marre des politiciens d'une manière générale.


Masi que faire de plus ? Me présenter aux elections présidentielles ??? Je rage de desespoir !!!


 


ANDRE