Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

La vérité est parfaite pour les mathématiques, la chimie, la philosophie, mais pas pour la vie…

Chevalier-de-Mere.jpgSi les demandes intéressées du Chevalier de Méré ont compté dans l'éveil des mathématiciens, dont Pascal, à l'art de la conjecture, peut-on réduire la naissance du calcul des probabilités à l'appât du gain ?

 

En 1655 Christiaan Huygens se rend à Paris, où il rencontre, d'après ses propres carnets de route, des mathématiciens français : Roberval, Mylon et des amis proches de Carcavy.

pascal.jpgTout comme Pascal et Fermat, Huygens se montre passionné par les nouvelles perspectives géométriques offertes par la rationalisation du jeu de hasard. Et son grand traité, De ratiociniis in ludo aleæ, est la mise en forme des questions colportées de salons en salons et défiant l'imagination d'une communauté de géomètres.

 

christiaan_huygens.jpgHuygens a rassemblé dans un ouvrage les questions

sur les jeux et le hasard posées dans les salons des nobles du XVIIe.
 

Pas des joueurs


expo_2012_jeux_bandeau_03.jpgPourtant, aucun des membres de ce groupe d'agitateurs d'idées ne semble particulièrement joueur.

 

C'est donc tout simplement pour construire une geometria aleæ (Pascal) que, soudainement, cette question a cristallisé leurs efforts.

 

Cet art de conjecturer a l'avantage d'étendre le pouvoir des mathématiques dans un domaine relativement inédit pour elles : le probable ou l'aléa.


Pas de génération spontanée


mathematiques.gifLes outils nécessaires à cette nouvelle géométrie existent depuis Cardan (combinaisons et permutations) et Luca Pacioli, mais, par des méthodes différentes, c'est bien entre 1654 et 1660 que les premières idées d'une mathématique du probable éclosent.

 

Géométrie de l'incertain : l'oxymore plaît. On trouve maintes fois exprimée chez Pascal, chez Huygens mais aussi plus tard chez Jacques et Nicolas Bernoulli l'idée selon laquelle trouver de la nécessité dans ce qui paraît contingent vaut, pour un mathématicien, toutes les martingales.

 

 

 


COPYRIGHT-copie-1

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H

Antoine Gombaud, Chevalier de Méré contemporain de Pascal est effectivement célèbre pour avoir initié avec Pascal les probabilités... Ouh la la souvenirs mathématiques de lycée ou de fac 
peu lointains ...Quant à Huygens il a développé entre autres la technique d'intégration . !!! De petits génies en maths et physique, il en faut pour faire avancer les choses. Merci à eux , merci
aussi à nos philosophes. 


Bisessss Hélène   
Répondre
A


Ahhhh, si ces grands personnages existaient aujourd'hui, en effet, la Française des Jeux seraient en porte à faux, menacées des équations supposées crédibles
de ces mathématiciens émérites et célèbres !!!


Ainsi va la vie...!


Bises et bon dimanche, André