Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

L’érudition, c’est la mémoire et la mémoire c’est l’imagination

L’érudition, c’est la mémoire et la mémoire c’est l’imagination

Nous n’avons pas de disque dur interne. 

674996virtualrealitybrain.jpg

Se rappeler, c’est recréer.

Et nous ne nous souvenons pas d’un évènement, nous nous rappelons la dernière fois que nous nous en sommes souvenus, ce qui est bien différent.

C’est que semble montrer la fameuse expérience « d’effacement des souvenir ».

On a dressé des rats à associer deux stimuli, dans la bonne tradition pavlovienne : par exemple un bruit de cloche et une stimulation électrique. Puis on a laissé mariner les malheureuses bêtes pendant 45 jours, afin de les laisser bien intégrer cette association dans la « mémoire à long terme ».

La-CDPA-n-a-pas-la-memoire-courte_article_top.jpg

Ensuite, on a réactivé le souvenir en utilisant le premier des deux stimuli.

Immédiatement après, on a introduit dans le cerveau du rat un produit chimique effaçant la mémoire à court terme. Le rat était donc incapable de se souvenir de ce dernier évènement.

Pourtant, après l’expérience on découvrit que les rats étaient amnésiques. Ils avaient oublié l’association entre les deux stimuli, 45 jours plus tôt.

En supprimant leur dernier souvenir, les rongeurs avaient perdu la trace de leur souvenir plus lointain.
4918575268_668c415bd7-451x300.jpg

Ce genre d’expérience confirme l’intuition de Proust qui considérait la mémoire non comme un entrepôt d’informations statiques mais comme une constante réactivation et recréation de l’expérience.

« Cela nous montre que chaque fois que nous nous souvenons de quelque chose, la structure neuronale de la mémoire est délicatement transformée en un processus nommé reconsolidation (Freud appelait ce processus Nachtraglichkeit ou « rétroaction »).

La mémoire est altérée en l’absence du stimulus original, elle est de moins en moins concernée par ce dont vous vous souvenez et de plus en plus par vous-même.

Capture.JPG

Une telle « mémoire créative » est bien sûr aux antipodes de l’archivage d’un disque dur, et donc d’une part de la question de l’identité numérique.

 Si la mémoire est une création constante, en quoi puis-je être considéré comme étant identique à « années concernant mon passé, le risque de ces pratiques ne serait-il pas, non de nous faire perdre la mémoire comme le craignent certains, mais plus subtilement (et plus dangereusement) d’asservir notre psyché un modèle de la mémoire radicalement opposé à notre mode d’être et surtout non créatif, non stimulant pour le fonctionnement du cerveau ?

On a parlé de l’importance du corps dans la perception.

Mais il jouerait aussi son rôle dans la mémoire. La posture corporelle peut influencer fortement le rappel de certains souvenirs.

oubliet.png

Ceux-ci parviendraient effectivement plus vite à la mémoire si la position adoptée leur correspond. Par exemple, il est plus difficile de se remémorer sa participation à un match de basket si on est assis le dos bien droit sur une chaise, les mains sur la table.

Il existe bien d’autres manières d’évoquer les différences entre le cerveau biologique et les ordinateurs.

Reste le problème du processeur, de l’unité centrale.

Comment raisonnons-nous ? Comment prenons-nous des décisions ? Sur ce point encore, nous divergeons radicalement de l’ordinateur. Nous ne sommes pas des programmes informatiques

La rationalité est loin d’être le facteur déterminant de nos pensées et de nos actes.

3-copie-1

Bien entendu, et cet avertissement vaut pour tous les exemples donnés dans cet article, il est très difficile de dire que ces expériences « prouvent » quoi que ce soit.

Nous ne sommes pas dans le domaine de la physique nucléaire, où les mesures sont très précises.

Avec l’humain, on est beaucoup plus dans le flou : la qualité du groupe test, le type d’interprétation adoptée, les méthodes mathématiques utilisées pour les statistiques, tout cela joue fortement dans les résultats obtenus. Il faut donc prendre toutes ces recherches avec une certaine distance.

Autant que la mémoire reste

la "sentinelle" de l'esprit !

 

L’érudition, c’est la mémoire et la mémoire c’est l’imagination
L’érudition, c’est la mémoire et la mémoire c’est l’imagination
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article