Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

L’amour est une triste histoire, toujours fatale pour quelqu’un…

entree-gwengamp.jpgC’était une histoire d’amour, une de plus à faire malheureusement la une des journaux.


Je dis malheureusement car la plupart de ceux qui jugent et s’offusquent ont oublié le temps de leur jeunesse, tout se passant comme si, un jour – mais lequel ? ils ont basculé, au sommet de la côte, pour s’en aller rejoindre le rivage des brumes.

 

Il y a des jours ainsi où je crois fermement que, malgré tout, je n’aurais jamais pu devenir procureur, tant il y faut faire abstraction de toute sa mémoire, sa sensibilité et ne regarder qu’un petit livre rouge où s’inscrivent les lois, en lettres capitales, celles du code et non du cœur.
 

L’histoire d’amour s’était enflammée à Guingamp, elle était jugée au tribunal de la ville.
 

lycee.jpgIl avait quarante ans, elle en avait quinze. Il était son professeur de français, elle était son élève. Ils se rencontrèrent, ils s’aimèrent. Grande différence d'âge en effet...et même "insultant" à la face du monde. En tout cas difficilement acceptable...Mais amour vrai, cela paraissait évident.

 

Il y avait d’abord eu l'admiration intellectuelle, puis l'affection. A quinze ans, c’est l’âge où l’on recherche son identité, son indépendance, un autre univers que celui oppressant, pesant de sa famille. Le monde s’ouvre à vous en même temps que la découverte des premiers romans, des premiers vers. Le romantisme ne meurt jamais et brûle toujours le cœur des adolescents. Alors quoi de plus humain que de reporter cet amour défaillant vers celui qui vous en parle au travers les œuvres romanesques et dont la quarantaine toute fraîche est gage de solidité, de savoir et d’expérience ?

 

A la fois père et "petit ami" !


AVT Gabrielle-Russier 8970Celui ou celle d’ailleurs, souvenez-vous de Gabrielle Russier, ce professeur qu’aima son élève, Christian, et qui se suicidera en 1969 après avoir été condamnée pour cet amour partagé. Rien de tel aujourd’hui, puisque le professeur de Guingamp a été relaxé malgré la réquisition du procureur, réclamant un an d’emprisonnement, cette histoire n’étant pas celle de Roméo et Juliette.

Mais non, madame le procureur, ne restons pas basiques, comme vous le demandiez.

Toutes les histoires d’amour sont celles de Roméo et Juliette, à tout le moins dans leur ébauche sinon – que Cupidon protège tous les amants de la terre
dans leur conclusion tragique. Mais plutôt que de penser à ce que pouvaient éprouver deux êtres quand un amour interdit  mais interdit par qui ? Les lois. La morale...  

Jean-Louis-Bory_Ginies-Sipa.jpg

 

Et tant d'autres barrières légitimes ou non...
 

Certes pas par cette loi irrépressible, inextinguible que Jean-Louis Bory comparaissait à la recherche de sa moitié d’orange, celle de la nature quand donc l’amour frappe à leur porte - plutôt que de raisonner et de s’interroger si un enseignant se doit ou non de rester insensible eu égard à ses responsabilités.
 

Mais les princes de nos jours s’appuient sur le code. Le parquet avait décidé de faire appel de la relaxe. Plus eu de nouvelles des suites données... Toute mémoire se perd en conjectures...

 

L’amour toujours suscitera le ressentiment

dans nos esprits belliqueux. 

 

 

 

COPYRIGHT-copie-1

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martine 29/10/2012 23:12


C'est ENCORE et TOUJOURS un problème de POUVOIR et de RAPPORTS DE FORCE " . La femme propose et l'homme dispose ou l'inverse ..
Sauf que là le rapport de force est inversé. Si l'homme est le "maître" au sens de celui qui détient le pouvoir,c'est à dire  le professeur qui va tomber amoureux de son élève, le
patron qui va mettre sa secrétaire dans son lit, alors là c'est un abus de pouvoir. La femme est soit en position de faiblesse, si c'est l'élève et qu'elle a 15 ans soit
elle est en position de force si c'est la secrétaire, qui du haut de ses 25 ans de moins veut faire divorcer le patron et l'épouser ou si il est déjà divorcé lui mettre le grappin
dessus...Mais on sait que ces couples d'une trop grande différence d'âge sont voués à l'échec (sauf si le monsieur a un compte en banque bien rempli  ...) . Le père d'une
amie à moi n'est jamais parti de chez lui et pourtant sa secrétaire et maîtresse a cru qu'il quitterait tout pour elle. Inversement le patron qui croit que c'est pour ses beaux
yeux que sa secrétaire l'a choisi est bien naïf, c'est pour sa position et son statut socia... ! La vie est faite de gens" intéressés", il faut savoir déceler les réelles intentions des
gens , les gens sincères et ne PAS ETRE NAIF. ... Cordialement    

AD 30/10/2012 07:04



Bonjour Martine,


Votre long commentaire mobilisateur est une alerte pour l'humanité et notamment l'avenir de la femme dans la Société contemporaine.


Je souhaite que nos évolutions dans un monde sociétal suportable mettent à la porte des civilisations (soit émrgentes, soit très pauvres) éteintes par
l'observations d'attitudes plus que perverses, MALHONNETES. Le fondamentalisme stupide doit être éradiqué. C'est mon crédo.


Partageons-le.


Merci. Cordialement, André



Eloïse 26/10/2012 23:58


Pourquoi un homme cherche parfois une femme qui a 25 ans de moins que lui. C'est l'angoisse de l'HOMME, son éternel besoin de plaire et de
séduire des femmes de plus en plus jeunes pour se prouver qu'il peut toujours plaire. Mais ca ne marche pas ...!!! Il n'y a pas les mêmes centres d'intérêts ...Mon cousin a laissé
tomber sa femme après 25 ans de mariage pour se mettre en ménage avec une personne qui a l'âge de sa fille. Conclusion son ex-femme a été très malheureuse et sa fille est fâchée avec son père. Le
comble c'est que RIEN ne va plus entre mon cousin et sa nouvelle compagne ...!!! Où était la raison dans tout çà ...!! Complètement absente. C'était le "démon" de la cinquantaine ...
Dommage. Et la passion n'est même pas au rendez-vous . Alors messieurs sachez trouver l'élue de votre coeur passionément mais dans les limites du raisonnable. Cordialement  

AD 27/10/2012 08:31



Chère Eloïse,


Votre vive réaction est digne et propre. et en plus, frappée du bon sens et ses preuves; les vaudevilles ne sont jamais très éoignés des réalités, ce sont
des caricatures...de la vérité vraie !


Bonne journée.


André



Maurice 26/10/2012 23:49


Et bien en voilà un qui a "perdu la tête" dans sa soi-disant passion.    D'abord il est responsable d'avoir levé les yeux sur une gamine de 30 ans de moins que lui. Il ne faut pas s'emballer dans la vie ...!!! La raison doit l'emporter ...Il
est professeur, il aurait dû ériger les barrières pour se protéger de cette situation qui n'aurait jamais dû arriver. Quant à la gamine, elle cherchait un père, un mentor, elle n'est pas
responsable. Cordialement 

AD 27/10/2012 08:28



Cette affaire authentique sollicite la critique et la justice pour autant qu'elle avait une mission de sentence a acquitté l'accusé.


Rien des émotions vient "excuser" les causes et les conséquences. Tout choque, interpelle, gêne notre morale acestrale, bouscule les convictions de façon
largement prioritaire et proche de l'évanouissement. Connaître et s'ériger soi-même en critique avéré est une difficulté invraisembable et trop prétentieuse selon moi.


Mal à l'aise dans cette histoire glauque mais vraie...


Merci de cette réaction nonbstant, André