Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

L'amour est un paradoxe permanent labyrinthique

Dans l’enseignement de Lacan, l’amour fait l’objet d’une série de paradoxes, notamment dans sa relation au désir. Essayons de déployer ce paradoxe du côté de l’amour et non plus seulement du côté du désir.

Un homme croit désirer une femme alors qu’il l’aime

Quand il désire, un homme n’a jamais affaire en tant que partenaire qu’à l’objet a qui cause son désir. Une femme est pour un homme symbole du manque et c’est la valeur de jouissance interdite que représente le phallus qui est, à cet égard, reporté sur l’objet. Une femme est désirée en tant que fétiche, en tant que morceau du corps de l’homme, côte de l’homme, comme il est dit dans la Bible. Mais l’amour? Pour l’homme, dit Lacan, cela va sans dire à tel point qu’il n’y comprend rien.

 

On peut dire tout d’abord que la condition d’amour chez un homme reste narcissique. En effet, si un homme ne demande pas son avis à une femme pour la désirer, pour l’aimer, ce n’est pas la même chose puisqu’il l’aime dans l’exacte mesure où ce qu’il imagine d’elle est susceptible de le soutenir narcissiquement dans sa position phallique.


De là, l’intérêt pour la femme pauvre qui peut renvoyer a contrario à un homme son avoir phallique. En quoi d’ailleurs, un homme, homologue sur ce point à la condition d’amour chez une femme, aime en l’autre sa castration.

De là, l’idéalisation d’une femme, la dépendance vis-à-vis d’elle dont parle Freud quand il décrit l’homme amoureux comme humble et soumis


Ainsi, quand il aime, «un homme croit à une femme»

« … Une femme, dit Lacan, dans la vie d’un homme, c’est quelque chose à quoi il croit. Il croit à une espèce, celle des sylphes ou des ondins », espèce fantastique, évanescente qui obéit à une logique mystérieuse.


Une femme est à cet égard pour un homme horizon de liberté, condition de poésie; mais, qu’elle lui échappe, et il s’en trouve saisi, ensorcelé. Ainsi, dans le beau roman de Frédéric de La Motte-Fouqué, Ondine, repris plus tard au théâtre par Giraudoux, lorsque le chevalier pressent qu’Ondine, sirène devenue femme, pourrait, comme le peuple des eaux qui l’engendra, n’avoir pas d’âme, il s’en trouve frappé d’effroi".


Double face de l’énigme!





C’est qu’un homme

croit à une femme

comme on croit

à un symptôme

(Lacan)



 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


Droits réservés ©

 …/…Cette publication prend un rôle informatif vis-à-vis du public…/…

Article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Ce site n'a strictement aucun caractère commercial

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article