Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Ce qui importe, ce n’est pas d’être un homme d’action, mais un homme d’action utile. Et l’action utile se fait d’abord dans la pensée…

Agir sous le coup d’une impulsion irréfléchie semble la marque de l’inconscience.

conflit

On ne voit pas comment nous pourrions agir de manière juste, sans avoir auparavant délibéré quant à la conduite à tenir, sans avoir décidé en connaissance de cause et en faisant attention aux conséquences de notre action.

Agir de manière correcte, c’est agir conformément à une juste réflexion, à la suite d’une délibération correcte, dont l’action est le résultat concret.

La pensée doit précéder l’action.

photo.JPG

Il semble que les comportements irresponsables et destructeurs procèdent d’une impulsivité irréfléchie qui ne mesure pas la portée de l’action, ses causes et ses effets.

Dans la mesure où la pensée possède une maîtrise sur le champ de l’action, c’est à elle d’en fonder la rectitude.

Faire confiance à une simple impulsion correspond à s’en remettre à l’arbitraire. 

C’est n’avoir aucune cohérence entre ce que l’on pense et ce que l’on se doit de faire. Il conviendrait d’agir conformément à une représentation la plus éclairée possible et non pas de se contenter de « ré-agir ».

Pourtant, cette manière de voir reste largement théorique et elle est très limitée. Elle situe l’action dans une constante planification, sans tenir compte de l’urgence d’une réponse immédiate à chaque circonstance de la vie.

De plus, il n’y a pas de division dans la conscience.

PENSEURRRRR.jpg

Séparer délibération et volonté n’est possible que dans l’analyse. Pas dans les faits. Ce genre de représentation ne recoupe pas le jeu de l’action. Nous sommes bien souvent amenés à agir de manière immédiate, dans une réponse juste, qui court-circuite l’itinéraire de la pensée réflexive.

Quand le danger et l’urgence sont là, l’action juste mobilise le sujet, qui ne peut pas camper dans sa base arrière dans les conciliabules de la prudence.

Répondre intelligemment, c’est parer au risque, suivre l’élan de la compassion, sans se livrer à de savants calculs sur ce qu’il est bon de faire et pourquoi.

Texture_Nature_by_severianofilho.jpg

L’acte juste est alors celui dans lequel en un sens « je perds la tête », pour parer au danger, sauver une vie, redresser une situation.

Il est une inspiration heureuse qui n’a pas été précédée de la pensée. Délibérer indéfiniment, c’est tergiverser, ce qui veut dire se couper de la situation d’expérience et ne pas y répondre.

Toutes les « impulsions » ne sont pas folles. Il en est d’heureuses et de salvatrices.

conscience.jpg

En un sens l’action juste est une inspiration qui me conduit à faire exactement ce qu’il convenait de faire et au bon moment.

Mais alors, comment distinguer l’impulsivité brutale et aveugle, de l’action juste et intelligente ?

Y a-t-il dans l’intelligence une spontanéité capable de mettre en mouvement une action juste ?

Comment s’en assurer ?

 pensee-positive-auto-suggestion-L-wXHsS5.jpeg

La pensée est en définitive très difficile à atteindre.

Elle repose sur l’attention, la pensée, le savoir et la patience…

 

Ce qui importe, ce n’est pas d’être un homme d’action, mais un homme d’action utile. Et l’action utile se fait d’abord dans la pensée…
Ce qui importe, ce n’est pas d’être un homme d’action, mais un homme d’action utile. Et l’action utile se fait d’abord dans la pensée…
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article