Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Il faut assaisonner l’amour d’un peu de jalousie. Amour, Amour ! Ton véritable nom est jalousie !

 

 

Tout s’était plutôt bien passé jusque-là. Vous aviez réussi à séduire cette femme et à la persuader de bien vouloir faire l’amour.

 

article coupleAprès quelques préliminaires, vous entamez l’acte sexuel à proprement parler.

 

Tout le monde a déjà entendu parler de ces chiens qui restent « coincés » en plein accouplement…

 

L'incident prête à rire, d'autant qu'on le croit réservé aux pauvres canidés. Grave erreur : deux humains peuvent parfaitement connaître pareille mésaventure, que la littérature médicale a judicieusement nommé « syndrome du pénis captif ».

Contraction musculaire réflexe


16615-copie-1« Le mécanisme est assez proche de celui du « vaginisme » causé par une contraction réflexe des muscles entourant le vagin », explique le Dr Sylvain Mimoun, gynéco-andrologue et spécialiste de la sexualité.

 

Mais si, dans le cas du vaginisme, la contraction a lieu avant la pénétration, rendant celle-ci impossible, dans le cas du syndrome du pénis captif, elle intervient juste après.

Tétanie, crise de panique, les causes sont méconnues, et semblent involontaires.

 

sexe-coince-banc-public-veridique-L-1Mais le résultat est là : la verge reste coincée. Embarrassant, mais pas dramatique en soi.

 

« Il n'y a pas de danger pour la verge », assure le spécialiste, même s'il reconnaît que les muscles sollicités peuvent être très puissants, citant des « shows érotiques » qui mettent en scène des « femmes asiatiques ayant appris à les gérer de façon impressionnante ».

Un remède existe à cette malédiction

Cependant, « si tout médecin a déjà entendu parler de ce type d'accident, rares sont ceux qui y ont été confrontés », prévient Sylvain Mimoun.

 

271658 962 1229607798588-geslahctsgemeenschapIl range les histoires de couples arrivant imbriqués aux urgences au rayon des fantasmes et autres légendes urbaines. Peut-être parce que les malheureux arrivent à se libérer avant l'hôpital.

 

Et soudain, le va-et-vient est interrompu. Un blocage. D’abord vous n’y croyez pas, vous donnez, une légère secousse en arrière et vous vous apercevez, paniqué, que votre sexe est coincé dans le vagin de votre partenaire !

 

L’excitation laisse alors place à l’affolement. Puis à la honte d’appeler au secours et d’arriver aux urgences dans cette position. Vous êtes victime d’un pénis captivus.

 

doctissimo-fr-mini-copie-1.jpgUne légende urbaine ?  

 

Sur Internet, l’angoisse est palpable.

 

De nombreux témoignages rapportent des épisodes de pénis captivus, le vagin de la femme se révélant un redoutable piège, le couple finissant aux urgences.


Quelques témoignages sur le forum du site Doctissimo :


Posté le 20-09-2007 à 20:35:54


Voilà j'aimerais des témoignages ou des aides de personnes qui ont été dans le même cas que moi, ou qui connaissent le sujet.

Je m'explique. Il y'a 1 mois j'ai fait l'amour avec ma copine; tout se passait bien jusqu'a qu'en voulant changer de position, je me suis retrouvé bloqué dans son vagin et impossible d'en sortir tout seul ! Je ne vous raconte pas la honte !

 

On a été obligé d'appeler un médecin pour nous sortir de cette situation que je ne souhaite à personne ... j'ai eu une petite déchirure au niveau du pénis, depuis je n'ose plus la toucher et elle est très malheureuse de cette situation.

 

Le médecin n'a pas su nous expliquer ce qui c'était passé; il nous a dit que ça arrivait très rarement mais que c’était arrivé avez nous… + d'info ? Que nous conseillez-vous ?

 

Voilà, j'espère que vous pourrez nous aider car je l'aime plus que tout au monde et je ne veux pas que ça lui fasse du mal.


Posté le 10-10-2007 à 15:51:20


A ceux qui doutent encore que ce type d'accident peut arriver, je viens dire qu'ils ONT TORT ! Car moi aussi je me suis retrouvé complètement coincé une fois !

 

En plus c'était encore pire car je n’étais pas dans le vagin moi... mais de l'autre côté !

 

Alors la honte... au bout de plus d'une heure de vains efforts pour se dégager, il a fallu se résigner à décrocher le téléphone pour appeler le médecin de garde (c'était un dimanche) qui est arrivé 1h30 plus tard !

 

Dans notre malheur, nous avons au moins eu la chance de tomber sur un très bon docteur qui nous a dit comment éviter que cela se reproduise ! Et cela FONCTIONNE !!!

 

C'est tout con en fait : il suffit de ne pas ranger le tube de lubrifiant à côté de la super glue ! 

 

Posté le 15-12-2011 à 11:56:27

 

Cela nous arrive avec mon épouse. Ce n'est pas une légende. Médicalement cela s'appelle le syndrome du pénis captif. On a 46 et 45 ans et 21 ans de mariage.


Mais mon épouse fait partie des femmes qui contractent ou décontractent la zone vaginale à volonté. Sauf que des fois cela arrive suite à une surprise, un énervement...


Et là c'est vrai qu'il m'est impossible de me retirer d'elle. Je suis absolument « coincé » en elle. Je peux tirer aussi fort que je veux, rien à faire !

 

Cela peut être gênant, mais fort heureusement ce n'est pas douloureux! Il suffit de rassurer et cela « rentre » dans l'ordre très vite, une ou deux minutes à peine suffisent.

Et si ça arrive juste avant un rapport... je peux prévoir un délai !!!

 

Le côté spectaculaire et rare de « la chose » la rend fascinante. 

 

Tout ce qu’il faut pour créer une légende urbaine. Alors s’agit-il d’un mythe ?

 

vaginismeL’angoisse de castration est souvent à l’origine de légende comme celle du vagin à dent illustrée par le très féministe film Teeth où une jeune fille transforme son vagin en arme d’émasculation massive !

 

Même les guides d’urgentistes se posent la question : l’ouvrage de référence Urgences médico-chirurgical de l’adulte des Dr Carli, Riou et Télion s’interroge :

 

« Il est difficile de savoir s’il s’agit d’une véritable entité clinique ou bien de jeux d’adolescents transformés en mythe de salle de garde. »

 

Un article paru dans le très sérieux British Medical Journal s’était penché sur l’existence du phénomène et retrace ses différentes occurrences.

 

amoureuxSelon des récits médiévaux, des amants forniquant dans une église se seraient ainsi retrouvés bloqués pendant des heures, libérés seulement par des prières et des seaux d’eau froide.

 

Toute légende urbaine a une fonction moralisatrice, comme l’explique Jean Brunot Renard et Véronique Campion Vincent dans De sources sûres. Ici, le pénis captivus semble venir sanctionner l’adultère et le blasphème.

 

Deux cas sont rapportés par des gynécologues allemands.

 

Les épisodes décrits n’ont rien à voir avec la légende : une durée de quelques minutes, pas d’hospitalisation.

 

Pour l’auteur de l’article, la rareté des descriptions suggère que « le pénis captivus, n’est pas seulement rare, mais aussi relativement transitoire, avec des conséquences moins sensationnelles que celles colportée par la rumeur ».

 

Pourtant quelques années plus tard, le même British Medical Journal publie l’article d’un médecin rapportant qu’il a soigné en 1947 un jeune couple amené à l’hôpital sur un même brancard, bloqué en plein accouplement.

 

S’il est rarissime et plutôt de courte durée, le pénis captivus existe donc bel et bien et peut exceptionnellement amener des bêtes à deux dos aux urgences.

 

La solution : un valium et un toucher rectal

 

Le Dr Delantin, urgentiste à Chalon-sur-Saône, a été confronté à un cas de pénis captivus durant sa carrière :


« En 1995, en poste aux urgences à l’Hôpital de Montceau-les-Mines, j’ai vu les pompiers hilares amener un mari et sa femme, coincés en position du missionnaire. La sonnerie du téléphone les avait surpris au plus mauvais moment, alors qu’elle approchait l’orgasme. »

 

Si le stress peut être excitant, il peut aussi exceptionnellement provoquer ces étreintes involontairement prolongées.

 

Dans ce cas-là, un traitement myorelaxant par valium administré à la femme avait été nécessaire pour desserrer l’étau vaginal. 

 

thMais alors que faire dans cette situation délicate pour éviter de se retrouver coincés l’un dans l’autre ?

 

« On peut améliorer la situation, en mettant un doigt dans l’orifice rectal  de la femme et en se retirant en arrière », explique le Dr Neidhart : on élongue alors le muscle, ce qui lève le spasme.


Comme il suffit de mettre le membre en extension  pour lever une crampe du mollet ou de la cuisse. »



 

Comme la cause et l’effet liés étroitement,

deux cœurs amoureux vivent unis.

Ils vivent la puissance de l’amour

pour ne faire qu’un !

 

 


 

COPYRIGHT-copie-1(Sources : C.Guillet, Slate, Doctissimo, Hellocoton, Planete, 20 minutes, NRIJ...)



Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Maurice 30/04/2013 18:59


J'ai une amie qui a travaillé à l'hôpital et qui m'a raconté ce genre d'incident.


Le terrible ce sont les couples adulères à qui ça arrive.... Là, il paraît qu'ils ne savent plus où se mettre.


Normal, non !!!! On serait gênés à moins ....


Cordialement

AD 01/05/2013 10:10



En effet Maurice, concernant les "accouplements" en situtation adultère qui nécessitent la discrétion la plus totale, les contractions innoportunes sont
particulièrements gênantes et tétanisantes pours les protagonistes concernés !


Bah, ils ne savent pas que deux ou trois minutes seulement arriveraient à les décontracter ! Encore faut-il qu'ils connaissent le calme et la "boite à
outils" !


Tant pis pour eux. Que dire d'autre ?


Bon muguet à ne pas oublier pour les amoureux !


Cordialement, ANDRE