Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Il fallait être Anglais pour inventer le rugby. Qui d'autre aurait pu penser à un ballon ovale ?


Le terme rugby désigne un ensemble de sports collectifs de contact, caractérisés par l'utilisation d'un ballon ovale, jouable à la main ou au pied, mais ne pouvant progresser vers l'en-but adverse que porté, botté au pied ou passé à la main à un autre joueur vers l'arrière. L'objectif du jeu est de marquer plus de points que l'adversaire, en marquant soit des drops soit des essais (obtenus et « récompensés » différemment selon les variantes : voir les règles particulières de ces différentes variantes).

Activité de coopération/confrontation collective, basée sur le combat et/ou l’évitement, médiée par un ballon, dont le but est d’avancer pour aplatir celui-ci dans l’en-but (ou de le faire passer entre les poteaux) selon des règles bien définies. Ce qui induit 3 possibilités de jeu : jeu groupé, jeu déployé et jeu au pied.

Sport de combat collectif, le rugby fait appel à la force et à la vélocité, et nécessite une forte organisation stratégique.

Toutefois, quelques variantes modernes, tout en conservant le nom de rugby, font disparaître certaines de ses caractéristiques primitives (suppression du jeu au pied, suppression des contacts, etc.)

En France, dans le langage courant, le mot rugby seul fait le plus souvent référence à la variante la plus populaire, à savoir le rugby à quinze.

Douze changements ont été effectués dans le XV de départ qui affrontera les Samoa, samedi au Stade de France.

Seuls François Trinh-Duc, Louis Picamoles et Vincent Clerc ont participé à la victoire 20-13 contre l'Afrique du Sud vendredi dernier. Trinh-Duc, en position d'ouvreur, sera associé à Morgan Parra. Sylvain Marconnet prend le capitanat tandis que Yannick Jauzion, pas sélectionné contre les Boks, débutera au centre avec David Marty.

Le 3e ligne clermontois Alexandre Lapandry et l'ailier bayonnais Benjamin Fall honoreront leur première sélection avec un rang de titulaire. Le pack est entièrement renouvelé, à l'exception de Louis Picamoles, confirmé au centre de la troisième ligne. En deuxième ligne, Pascal Papé et Sébastien Chabal remplacent Romain Millo-Chluski, remplaçant, et Lionel Nallet, qui n'est pas dans le groupe. Alexandre Lapandry sera associé en troisième ligne à Julien Bonnaire et Picamoles.

La première ligne est intégralement modifiée avec la titularisation de Marconnet aux dépens de Nicolas Mas, du talonneur Dimitri Szarzewski en lieu et place de William Servat et de Thomas Domingo pour Fabien Barcella, relégué "23e homme".

Dans les lignes arrière, seules l'ouvreur François Trinh-Duc et l'ailier Vincent Clerc ont été confirmés. Trinh-Duc est confirmé à l'ouverture mais sera associé à Morgan Parra, au lieu de Julien Dupuy. Le Toulousain Yannick Jauzion, convoqué après la victoire (20-13) contre l'Afrique du Sud, est titulaire au centre associé au Perpignanais David Marty, qui remplace Yann David. Maxime Médard remplace Damien Traille à l'arrière.

Le cas critique (et même trop) de Sylvain Chabal

Son plan marketing exige qu’on le voit le plus possible, Sébastien Chabal est partout. Mais jamais où il faut.

Sébastien Chabal vient de nous inventer le poste de "deuxième-ligne" libéro. Dans la tribune des dockers à la Rochelle on appelle "papillons" les deuxième ligne comme Chabal.

Pourtant il y a encore des observateurs pour le trouver bon en équipe de France, à commencer par ceux qui jugent son match à la télévision. Il suffit qu’il réussisse une percée pour que les commentateurs aient du Chabal plein la bouche. C’est oublier que la percée est réussie sur 15 mètres et qu’après l’emblématique deuxième ligne du Xv de France est piteusement rattrapé par la patrouille irlandaise.

Cela fait un bout de temps que "Chabal en deuxième ligne", c’est peut-être une faute de casting. On nous dit qu’à Toulon, il y a un Maestri (21 ans, 2m01, 104kg) qui a les moyens de caler une mêlée. Puisqu’il faut être "jeune" pour intégrer l’académie des « grands » du rugby, pourquoi négliger cette piste ?

Reste encore à puiser dans le réservoir des vrais deuxièmes lignes. Il y en a 2 à Clermont : Jacquet et Privat, un à Toulouse : Millo-Chluski.

Et le moment est venu de dire aux Présidents de clubs : "arrêtez vos conneries. À force de recruter les deuxièmes ligne étrangers à tour de bras, le Xv de France est comme un mollusque. C’est à dire sans colonne vertébrale !

En attendant, pour Chabal, il faut constater qu’il ne joue pas en snob, il gagne plus d’argent parce qu’il est lucide de la courte durée d’une carrière, il a des sponsors de pub et il paraît en affiches pour des marques ou à la télé. Ca crée des jalousies. Enfin, il a un charisme et une carapace qui fait peur même aux néo-zélandais…

 



 

 

 

 

 

 

 

 


Droits réservés ©

Article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle. Cette publication prend un rôle informatif vis-à-vis du public.

Ce site n'a strictement aucun caractère commercial

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D

Et nous n'avons pas eu de bleus au coeur car ils ont gagné! 


Répondre
A

L'ovalisation du ballon était bien sur un prétetxte et même si je suis supporter de l'OM, j'apprécie mieux le rugby ou presque parce qu'il n'y a jamais de temps pris sur le temps. Et jusqu'à la
dernière seconde, quel que soit le score les rugbymen mouillent leur maillots.