Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

"Gouverner" avec confiance vaut mieux que par la peur à éjecter ailleurs !

"Gouverner" avec confiance vaut mieux que par la peur à éjecter ailleurs !
"Gouverner" avec confiance vaut mieux que par la peur à éjecter ailleurs !

democratie_1202197601.jpg

En démocratie, la confiance et la légitimité sont requises pour qu'un gouvernement puisse assumer sa mission.

Dans la plupart des démocraties parlementaires, la constitution peut prévoir :

  • qu'un gouvernement nouvellement formé obtienne du Parlement un vote de confiance appelé "vote d'investiture"
  • qu'un gouvernement déjà constitué sollicite du Parlement un «vote de confiance» à propos de sa politique générale ou d'un projet considéré par lui comme majeur.(on dit aussi que le gouvernement pose "la question de confiance")
  • que les membres du parlement peuvent sanctionner le gouvernement ou le corps exécutif, en exprimant un « vote de défiance » consécutivement au dépôt d'une "motion de confiance".

Ou_est_la_democratie_-_1-95418.png

Les résultats du vote indiquent au gouvernement le niveau de "confiance"

( support ou crédit politique) dont il dispose auprès du parlement.

Selon le sens et l'intensité du vote, les règles ou les usages constitutionnels entrainent des conséquences majeures : soit une dissolution immédiate du gouvernement en place, soit l'abandon ou l'amendement par celui-ci du programme/projet visé par le vote, soit au contraire le renforcement de sa légitimité globale ou le support de son action particulière.

En cas de perte significative de la "confiance", la démission du gouvernement serait sanctionnée, ouvrant une procédure de formation et d'investiture d'un nouveau gouvernement ou la convocation de nouvelles élections préalablement à la formation d'un nouveau gouvernement.

Le terme "extrême droite" est employé pour désigner

les mouvements politiques les plus à droite.

Le terme "xtrême", quoiqu’historique et descriptif, porte une connotation qui fait varier le contenu selon le descripteur, l'époque et le lieu, et fait éventuellement préférer aux partis ainsi désignés une autre appellation.

]La science politique anglo-saxonne parle plus volontiers de "droite radicale" signifiant par-là que les mouvements politiques qui s'y rattachent se situent hors du cadre formé à droite par les partis libéraux ou conservateurs.

Les partis politiques qualifiés d'extrême-droite ne se définissent pas eux-mêmes par ce biais, rendant ainsi difficile une véritable catégorisation politique.

Leur nationalisme exacerbé affirmé est alors la principale raison de les classer à droite de la droite.

Néanmoins, ces partis s'adressent à un électorat populaire, suivant une ligne anti-élite, et proposant souvent des mesures sociales ne correspondant pas avec les partis traditionnellement à droite.

Ils concentrent des thématiques, parfois un traditionnellement religieux poussé, souvent au contraire un néo-paganisme (langage de religion polythéiste, pour les chrétiens, à partir du IVe siècle, voire des idéologistes fascistes, etc.

banderole_Non_a_la_politique_de_la_peur.jpg

Xénophobies, bellicisme, racisme ou nostalgie

sont également présents.

Pour défendre leurs valeurs, ils peuvent justifier des moyens extrêmes ou révolutionnaires, avec un changement drastique politique, notamment contre le parlementarisme. (cf. la Grèce et son "aube dorée" néo-nazie)

De toutes parts montent les discours de la peur, des peurs.

  • Peur de l’insécurité, de la précarité, du chômage. De la violence, de la marginalisation, d’être délocalisé.
  • Peur de l’ouvrier chinois, du plombier polonais, de son collègue de travail, du terroriste.
  • Peur aussi de ce que l’on mange, de ce que l’on boit, de son corps.
  • Peur du changement climatique.
  • Peur intime et peur publique.
  • Peur de « la crise 
  • Peur de tout.

Cette montée de la parole collective sur l’angoisse

pourrait être hélas positive.

L’électeur peut s’y reconnaître et verbaliser ses peurs, c’est déjà les combattre.

Il suffirait de changer de regard, de déchausser les lunettes de la crise ambiante pour imaginer des mesures apaisées, des évolutions positives comme des risques encourus par nos sociétés contemporaines.

Or c’est tout le contraire qui se passe : loin de se réduire, nos peurs grandissent chaque jour un peu plus.

Pourquoi a-t-on tant de mal à les affronter, dans un contexte qui est loin de s’être autant détérioré qu’on voudrait nous le faire croire ?

schema extreme droite

 L’exploitation de l’angoisse rapporte,

et parfois beaucoup, au sens propre.

Mais qui a intérêt à gouverner par la peur ? 

Quelles formes de résistance, de propositions non contingentes, sans conflits et quelles alternatives peut-on y opposer ?

 

"Gouverner" avec confiance vaut mieux que par la peur à éjecter ailleurs !
"Gouverner" avec confiance vaut mieux que par la peur à éjecter ailleurs !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article