Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Fatigue générale .../...

laloracorse2-vip-blog-com-252213dessin pc malade
Chacun connaît, par expérience personnelle, les deux concepts de fatigue et de repos.  
Le terme «fatigue» désigne un ensemble de conditions très différentes, qui provoquent toutes une réduction de la capacité de travail et une résistance au travail.
Les diverses utilisations du concept de fatigue ont entraîné une grande confusion, et quelques mises au point s’imposent. Pendant longtemps, la physiologie a fait la différence entre la fatigue musculaire et la fatigue générale.
imagesLa fatigue musculaire est un phénomène douloureux aigu localisé dans les muscles; la fatigue générale est caractérisée par une diminution de la disposition au travail ou de la volonté de travailler. Le présent article concerne uniquement la fatigue générale, appelée aussi fatigue psychique ou fatigue nerveuse, et les soins qu’elle nécessite.  
Tout se passe comme si, durant la journée, toutes les contraintes ressenties s’accumulaient au sein de l’organisme pour produire graduellement une sensation de fatigue croissante. Cette sensation incite à vouloir arrêter de travailler; c’est le prélude physiologique au sommeil.
La fatigue est une sensation salutaire pour celui qui peut se reposer. Toutefois, pour celui qui n’en tient pas compte et s’efforce de continuer à travailler, la sensation de fatigue augmente jusqu’à devenir pénible, puis accablante. L’expérience quotidienne illustre bien l’importance biologique de la fatigue dans notre vie, à l’instar d’autres sensations comme la soif, la faim, la peur, etc.
 
On peut en bénéficier normalement si l’organisme n’est pas perturbé ou si aucune partie essentielle de l’organisme n’est soumise au stress. Cela explique le rôle décisif que jouent les pauses ménagées dans une journée de travail, allant des arrêts de courte durée pendant le travail au sommeil nocturne.
La comparaison montre à quel point il est nécessaire, pour préserver une vie normale, de maintenir un certain équilibre entre la charge totale imposée à l’organisme et la somme des possibilités de repos et donc de récupération.  
 
L’interprétation neurophysiologique de la fatigue  
Les progrès de la neurophysiologie au cours des dernières décennies ont permis de mieux comprendre les phénomènes déclenchés par la fatigue dans le système nerveux central.
Le physiologiste Hess a été le premier à observer que la stimulation électrique de certaines structures diencéphaliques et, plus particulièrement, de celles du noyau médian dorsal du thalamus, produisait graduellement un effet inhibiteur qui se traduisait par une détérioration de la réactivité et une tendance à l’assoupissement. Lorsque la stimulation durait un certain temps, la relaxation générale était suivie par une envie de dormir, puis finalement par le sommeil. Il a été confirmé ultérieurement que, partant de ces structures, une inhibition active pouvait s’étendre au cortex cérébral, où sont localisés tous les phénomènes conscients, ce qui inhibe non seulement le comportement, mais aussi l’activité électrique du cortex cérébral. D’autres chercheurs ont pu déclencher également des inhibitions à partir d’autres régions sous-corticales. On peut en conclure que certaines structures situées dans le diencéphale et le mésencéphale constituent un véritable système inhibiteur et déclenchent la fatigue et les divers phénomènes qui lui sont associés.  
L’inhibition et l’activation
Il résulte de nombreuses études réalisées sur des animaux et des humains que la réactivité dépend non seulement de ce système d’inhibition, mais également d’un système fonctionnant de manière antagoniste, connu sous le nom de système réticulaire ascendant d’activation.
 
On sait que la formation réticulaire contient des structures qui contrôlent le degré de vigilance et, partant, la réactivité.
Des voies nerveuses relient ces structures au cortex cérébral, où l’activation s’exerce sur les fonctions de la conscience. En outre, le système d’activation reçoit des stimulations à partir des organes sensoriels. D’autres liaisons nerveuses transmettent des impulsions au système d’activation depuis les zones de perception et de pensée du cortex cérébral.
En se basant sur ces concepts neurophysiologiques, on peut considérer que des stimuli externes ainsi que des stimulations provenant de la sphère de la conscience pourraient, par le canal d’activation, influencer la réactivité.
Par ailleurs, de nombreux travaux permettent de conclure que la stimulation du système d’activation s’étend aux centres végétatifs et pousse l’organisme à s’orienter vers une dépense d’énergie ou vers le travail, la lutte, la fuite, etc. A l’inverse, il semble qu’une stimulation du système inhibiteur au niveau du système neurovégétatif incite l’organisme à s’orienter vers le repos, la reconstitution de ses réserves d’énergie, les phénomènes d’assimilation.
 
La synthèse de ces connaissances neurophysiologiques conduit à la conception suivante de la fatigue : l’état et la sensation de fatigue sont conditionnés par l’état de réactivité de la conscience dans le cortex cérébral qui est, à son tour, gouverné par deux systèmes antagonistes — le système inhibiteur et le système d’activation.
 
Ainsi, l’humeur, ou plus précisément la disposition de l’être humain au travail, dépend à chaque instant du degré d’activation des deux systèmes: si le système inhibiteur domine, l’organisme se trouvera dans un état de fatigue; si c’est le système d’activation, l’organisme aura besoin d’activité.
 
Cette conception psychophysiologique de la fatigue permet de mieux comprendre certains de ses aspects, parfois difficiles à expliquer.  
Ainsi, une sensation de fatigue peut disparaître brusquement sous le coup d’un événement extérieur inattendu ou de pensées déclenchant une tension émotionnelle. Il est évident, dans les deux cas, que le système d’activation a été stimulé. A l’inverse, si l’environnement est monotone ou si le travail paraît ennuyeux, le système d’activation fonctionnera au ralenti, laissant le système inhibiteur prendre le dessus.
 
La fatigue peut alors s’installer sans qu’aucune charge de travail ne soit présente.
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article