Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

« Faits d’hier »...et faits divers !

Margaret_Thatcher.png

 

« Mort de Thatcher »

 

Ce bref texto a suscité une forte émotion parmi les parlementaires canadiens réunis pour un grand dîner officiel cette semaine, avant qu'on découvre qu'il s'agissait d'un chat. Le message envoyé par téléphone portable est tombé mardi en pleine réception réunissant 2.000 participants conservateurs pour rendre hommage aux familles de militaires canadiens, ont rapporté les médias locaux jeudi. Les députés conservateurs, qui vouent une grande admiration à l'ex-Premier ministre britannique Margaret Thatcher, se sont immédiatement réunis avec leurs collaborateurs pour formuler une réaction.

 

John-Baird.jpgLes services du Premier ministre ont appelé le palais de Buckingham et le 10 Downing Street pour confirmer la nouvelle, provoquant la stupeur des responsables britanniques, a rapporté le service d'information du groupe de presse CanWest. Après enquête, on a découvert que le message avait été envoyé par le ministre canadien des Transports John Baird de sa maison à Toronto à un participant au dîner de gala, pour lui annoncer que son chat gris de 16 ans, baptisé Thatcher en hommage à la Dame de fer, âgée, elle, de 84 ans, venait de trépasser. Le destinataire du message l'a retransmis à plusieurs autres participants. Il n'a pas été possible d'obtenir dans l'immédiat une réaction des services du Premier ministre Stephen Harper.

 

tableau-d-Andy-Warhol.jpg

 

Andy Warhol

  

Un tableau d'Andy Warhol caché dans un placard pendant 42 ans a été adjugé pour 6,1 million de dollars mercredi soir à New York, tandis qu'une autre toile de l'artiste a atteint 43,7 millions, deux œuvres vendues très nettement au-dessus des estimations. Le record de Warhol, de 71,7 millions de dollars, n'a donc pas été battu, mais la soirée d'enchères d'art contemporain chez Sotheby's a été particulièrement active. Le marchand d'art a réalisé 134,4 millions de dollars, et vendu 96% des lots. Seuls deux lots sont restés invendus. Cathy Naso, propriétaire de l'autoportrait offert par Andy Warhol en 1967 alors qu'elle était étudiante et standardiste à mi-temps à la « Factory" » - l'atelier du peintre -, a envoyé un message aux organisateurs de la vente. « Je suis stupéfaite (...) et c'est fantastique que j'aie eu droit à ces quinze minutes de célébrité », dit-elle dans ce message, qui a été lu aux journalistes après les enchères.

 

Jean-Dubuffet--Trinite-Champs-Elysees.jpgL'autoportrait, qu'elle avait mis sous verre et caché dans un placard pendant 42 ans, était estimé entre 1 et 1,5 million de dollars. La vente de la grande toile intitulée « 200 billets de 1 dollar » du même Andy Warhol a provoqué l'hilarité dans la salle comble: démarrée à 6 millions, l'enchère a bondi à 12 millions en une seule surenchère, puis a avancé plus régulièrement pour aboutir à 39 millions, 43,7 millions de dollars après addition de la commission du marchand d'art. Des artistes ont battu leur record, notamment Jean Dubuffet pour une « Trinité Champs Elysées », peinte en 1961 et adjugée 6,1 million de dollars - son record s'établissait jusqu'ici à 5,1 millions. « Les enchères ont été particulièrement actives. Il y a un grand désir pour du grand art », a estimé Tobias Meyer, directeur du département d'art contemporain chez Sotheby's. « Le consommateur a commencé à retrouver ses habitudes et nous assistons à une accélération depuis mai dernier », a-t-il conclu.

 

scooter-le-Dax.jpg

 

Honda / le DAX

 

La mode du vintage frappe aussi sur les routes, avec la réapparition à Marseille et dans sa région d'un petit deux-roues très en vogue dans les années 1970 avant d'être supplanté par le scooter : le Dax. Ou plutôt des dérivés de cette mythique mini-moto. Le constructeur Honda, détenteur de la marque, n'en produit plus depuis bien longtemps. Mais la licence est tombée dans le domaine public et nombre d'entreprises chinoises se sont lancées dans la production, alimentant entre autres le marché français. La préfecture des Bouches-du-Rhône a observé une augmentation sensible des demandes d'immatriculation de ces engins, même si aucune statistique fine n'est disponible. « Le phénomène a débuté il y a trois-quatre ans et a pris de l'ampleur » constate Laurent Zanella, conseiller commercial à la Mutuelle des motards à Marseille, décrivant « un phénomène de mode, typiquement du sud ». François Gabillard, gérant d'un magasin de motocycles à Marseille, confirme. C'est tout à fait particulier à la région. A Saint-Etienne, personne ne connaît.

 

La combinaison mer/plage/soleil expliquerait ce succès méridional. « Au départ le Dax était destiné à embarquer dans les soutes des bateaux grâce à ses deux bras rétractables », explique M. Gabillard. Une fois arrivés sur leur lieu de villégiature, les vacanciers l'utilisaient pour leurs petits déplacements. Philippe Vottéro, qui vend des « Dax » sur mesure, se souvient que, jeune homme, il embarquait le sien à l'arrière de sa Méhari pour se rendre à la plage à Cassis. « Car c'était impossible de se garer en ville », raconte-t-il. Aujourd'hui, le guidon des nouvelles machines, commercialisées sous plusieurs marques, se plie, ce qui permet de les ranger dans le coffre d'une voiture, dans un camping-car ou sur son balcon, souligne M. Vottéro. Outre cet aspect compact, l'engin, popularisé par la série de films des « Sous-doués », plaît parce qu'il ne consomme pas grand-chose et ne coûte pas cher, estime M. Zanella, qui parle d'une fourchette de prix comprise entre 800 et 2.000 euros.

 

L'aspect esthétique et la nostalgie ne sont pas étrangers non plus à cet engouement. « La clientèle veut les même engins que papa avait dans son garage, avec les coloris flashy des années 1970, les formes de cette époque », explique M. Gabillard, qui note que « tout le monde s'y met, y compris les filles. Le succès c'est que tout le monde l'achète, aussi bien le petit-fils du bourgeois du 8e arrondissement qu'un gamin des quartiers Nord. Ils sont dans la même mouvance », dit-il encore.

Autre caractéristique des conducteurs : ils ne cherchent pas la performance. « Ils ne slaloment pas, ils sont plus raisonnables que ceux qui roulent en scooter ou en moto », dit M. Zanella, jugeant que l'engin, près du sol et plutôt destiné à la ville, « n'est pas fait pour aller vite ». Ce qui n'empêche pas les sensations, selon Juliane Michel, 58 ans, qui revendique un Dax acheté en 1974. « J'ai trois motos mais je préfère le Dax car j'ai l'impression d'avoir un moteur dans le ventre », affirme-t-elle.

 

 

 

COPYRIGHT-copie-1 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article