Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

EN CONGE MALADIE... D'AMOUR

EN CONGE MALADIE... D'AMOUR

Les employés d'une compagnie japonaise victimes d'un chagrin d'amour peuvent prendre des jours de congés payés après une rupture difficile le nombre de journées pour maladie d'amour proposées progressant avec l'âge du salarié.

Hime & Company, société basée à Tokyo, explique que son initiative permet aux salariés en proie à un chagrin d'amour de se remettre avant de reprendre le travail plus détendus... et donc plus efficaces.

"Toutes les femmes n'ont pas forcément besoin de prendre leur congé maternité mais après une rupture sentimentale, chaque personne a besoin d'un congé, exactement comme en cas de maladie", a dit à Reuters Miki Hiradate, P-DG de cette entreprise de six employées qui commercialise des cosmétiques et d'autres produits destinés aux femmes.

Les employées âgées de moins de 24 ans peuvent prendre une journée de congé de "maladie d'amour" par an, celles âgées de 25 à 29 ans s'en voient proposer deux cependant que les salariées plus âgées disposent de trois journées chaque année.

"Autour de la vingtaine, les jeunes femmes peuvent rapidement trouver un nouvel amoureux mais c'est plus compliqué pour les trentenaires, dont les ruptures sentimentales ont tendance à s'avérer plus difficiles", a déclaré Miki Hiradate.

Hime & Company propose également à son personnel deux matinées de congés payés chaque année pour aller faire les magasins pendant la période des soldes.

Selon le P-DG de l'entreprise, cela permet à ses employées de ne pas se sentir coupables lorsqu'elles ramènent leurs emplettes au bureau et aussi de profiter du meilleur aspect des soldes, selon lui, les discussions sur les achats et les bonnes affaires réalisées pendant cette période.

EN CONGE MALADIE... D'AMOUR
Miki Hiradate

Miki Hiradate

EN CONGE MALADIE... D'AMOUR
EN CONGE MALADIE... D'AMOUR
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article