Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Elysée 2012 : La météo de courtoisie, elle.

Rediger Lizlow et Nicolas Dupont-Aignan

 

 

Dupont-Aignan demande leur salaire

à Michel Denisot et Jean-Michel Apathie, journalistes

 

Vendredi dernier sur Canal+, Nicolas Dupont-Aignan s’emporte contre les journalistes du « Grand Journal » et les accuse d’être « coupés » des réalités que vivent les Français. Le Lab d’Europe 1 a retranscrit l’échange :


« NDA : Venez avec moi sur le terrain voir les Français qui souffrent. »

 

Michel Denisot : Non mais on ne vit pas dans la Lune !


NDA : « On ne vit pas dans le même monde. »


Michel Denisot : « Vous ne savez pas où je vis. »


NDA : « Et bien donnez-nous votre salaire. Combien vous gagnez ? »


Michel Denisot : « C’est moi qui me paie. Cela ne vous regarde pas. »


NDA (en criant) : « Dites-le aux Français, combien vous gagnez ? Vous n’oserez pas le dire [...]. Tous ces gens qui s’en mettent plein les poches et qui donnent des leçons à la terre entière... »


Jean-Michel Aphatie : « Traitez-nous de voleurs tant que vous y êtes ! »


NDA : « Je ne vous traite pas de voleur. Mais osez dire votre salaire ! »


Jean-Michel Aphatie : « Mais mon salaire monsieur, je le mérite. Comme vous. Et je ne vous le dirai pas. »


Jean-Michel Aphatie a publié, lundi 16 avril, à 9h55, une note sur son blog pour s’expliquer, texte qui a mystérieusement été supprimé quelques minutes après sa mise en ligne, le journaliste écrivait : « Un candidat à la présidence de la République m’a demandé mon salaire. Je n’ai pas voulu lui communiquer. Ai-je eu tort ? [...] La vulgarité de l’interpellation semble plus immédiatement accessible que son sens profond. En effet, en procédant de la sorte, le candidat semble suggérer qu’à partir d’un certain niveau de salaire, un journaliste n’est plus apte à exercer la fonction qu’il prétend assumer. A quel niveau de salaire ledit candidat situe-t-il l’incapacité du journaliste ? 2 000 euros ? 4 000 ? 6 000 ? Au-delà ? Pour l’instant, il ne l’a pas précisé…

Pas plus qu’il n’a précisé les conséquences d’un éventuel dépassement du seuil. Faut-il alors retirer sa carte professionnelle au journaliste qui le dépasse ? Mais même sans carte de presse, celui-ci peut continuer à travailler. Faudrait-il donc alors jusqu’à lui interdire toute parole publique ? Et pourquoi pas alors, puisque nous serions dans un cas flagrant d’inutilité sociale, l’orienter vers les mines de sel pour lui permettre, enfin, de découvrir la vraie vie dont il ignore si visiblement tout ? »

 

 

 

 

 

COPYRIGHT-copie-1


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article