Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Ce qu’il y a de scandaleux dans le scandale, c’est qu’on s’y habitue !

330px-ActionPanama1892 : le scandale de Panama éclabousse la République

La construction du canal de Panama aura coûté la vie de nombreux ouvriers, pillé les économies de nombreux Français et failli porter un coup fatal à la IIIe République naissante. La concession de ce canal est confiée à la France. Ferdinand de Lesseps, le fondateur de la Compagnie de Panama, est en charge du chantier. Or, les accidents de terrains et les épidémies ralentissent énormément les travaux. A cours d'argent, la compagnie fait appel à l'épargne publique et subventionne pour cela certains journaux. La corruption de journalistes et d'hommes politiques se poursuit jusqu'à la mise en liquidation de la compagnie, en 1889. Le scandale éclatera dans la presse d'extrême droite et éclaboussera le monde politique. Au terme d'un procès de 13 jours, le ministre des Travaux publics de l'époque, Charles Baïhaut, sera ainsi condamné à 5 ans de prison pour corruption, avant de bénéficier d'une amnistie.   

 

humbert.jpg1902 : Thérèse Humbert, l'héritière imaginaire


Cette femme d'origine paysanne va vivre pendant une vingtaine d'années grâce à un mensonge. Alors qu'elle est mariée au fils du maire de Toulouse, elle prétend avoir touché une partie de l'héritage d'un millionnaire américain.

 

Grâce à ce magot supposé, les époux vont pouvoir obtenir des prêts et mener grand train. Mais lorsqu'on ouvre le coffre censé contenir le patrimoine du couple, on ne trouve qu'une brique et un penny.

 

Mais les époux ont fui et c'est à Madrid, fin 1902, qu'ils seront arrêtés. La justice les condamnera à cinq ans de travaux forcés.

 

1920 : Charles Ponzi inaugure sa pyramide frauduleuse


Charles-Ponzi.jpgC'est un peu le père de toutes les escroqueries pyramidales. Pour monter son opération, Charles Ponzi utilise le système des "coupons réponses internationaux", des bons qui permettent d'envoyer du courrier depuis tous les pays. Or, leur valeur diverge selon les pays. En achetant des bons en Europe et en les échangeant, de manière parfaitement légale, aux Etats-Unis, Ponzi empoche une plus-value.

 

Il créé alors la Security Exchange Company et propose un retour sur investissement de 50% en 45 jours. Devant la satisfaction des premiers clients, les investisseurs se précipitent. Ponzi devient rapidement millionnaire.

Mais le système est intenable : les souscripteurs sont trop nombreux par rapport aux timbres en circulation. Ponzi doit donc tricher et rémunérer les premiers investisseurs avec les dépôts des derniers. L'homme d'affaires est arrêté et emprisonné. Il l'avait d'ailleurs déjà été dans une précédente affaire du même type au Canada.

 

1932 : L'empire du roi des allumettes part en fumée


Ivar-Kreuger.jpgIvar Kreuger était l'un des industriels les plus puissants de l'entre-deux guerres.

Cet ingénieur suédois fonde une entreprise qui deviendra le leader mondial de la production d'allumettes. Kreuger accorde des prêts à certains états, malmenés par la crise de 1929, en échange de monopole nationaux. Son empire s'étend aussi sur l'industrie forestière, les mines, les banques...

Mais la crise va finir par rattraper ce géant industriel.

En 1932, l'entreprise est mise en faillite. C'est à ce moment que les 250 millions de dollars de liquidités se sont révélés inexistants.

 

Le roi des allumettes se suicidera dans son appartement parisien.

Au-delà des actionnaires, Kreuger a aussi floué bon nombre de citoyens suédois. Peu avant l'effondrement de son empire, il avait émis des bons qui se s'étaient révélés très populaires dans le royaume.

 

1933 : l'escroc Stavisky a des complicités dans le monde politique


2.jpgC'est l'une des affaires politico-financière qui a le plus marqué les années 1930 en France.

En dépit de son passé trouble et d'un passage à la prison de la Santé, Alexandre Stavisky avait de puissants appuis dans le monde politique de l'époque.

 

C'est certainement ce qui lui a permis de monter son escroquerie. Ce financier douteux réussit à détourner plus de 200 millions de francs au détriment du Crédit municipal de Bayonne.

 

Avec la complicité du député-maire de la ville, il émet des bons gagés sur des dépôts inexistants.

 

L'affaire éclate le 29 décembre 1933. Le 8 janvier 1934, le riche Alexandre Stavisky se suicide à l'arrivée de la police. Mais le scandale est tel que le gouvernement est contraint de démissionner deux jours plus tard.

 

1971 : la Garantie foncière se sucrent sur le dos des épargnants


La-garantie-fonciere-obligation-hypothecaire-de-100-frs-let.jpgA la fin des années 1960, la Garantie foncière propose aux particuliers de placer leurs économies dans l'immobilier, avec des rendements extrêmement attractifs. Fondée par Robert Frenkel, elle regroupe 14 000 participants en 1971 et 220 millions de francs de souscriptions. Au-delà de ces promesses intenables, les époux Frenkel ont été condamnés à des peines de prison pour avoir détourné pour eux-mêmes 32 millions de francs. La Garantie foncière achetait des biens immobiliers afin de les louer et de rémunérer ainsi les épargnants. Mais Frenkel et ses complices en ont profité pour se faire racheter des immeubles qu'ils avaient acquis à bas prix, empochant ainsi une jolie plus-value sur le dos des souscripteurs. Pour couronner le tout, un député figurait parmi les inculpés. André Rives-Henrys, élu UDR du 19e arrondissement, était à la tête du conseil de surveillance de la Garantie foncière. Il sera condamné à 30 mois de prison.

 

1995 : Un jeune trader fait sombrer une vieille banque britannique


LeesonCaught300.jpgEn 1995, Nick Leeson a 28 ans. Basé à Singapour, il est l'un des plus brillants traders de la Barings, la plus ancienne banque du Royaume-Uni. L'année précédente, lui et son équipe avaient réalisé le tiers des bénéfices de la Barings.


Il décide de miser sur un rebond du Nikkei. Mal lui en a pris, l'indice phare au Japon repart a la baisse, suite, en particulier, au tremblement de terre de Kobé. Mais Nick Leeson continue de spéculer en prenant des risques inconsidérés.


Lorsque les pertes deviennent insurmontables, Nick Leeson prend la fuite. Il sera arrêté en Allemagne puis condamné à Singapour. Du haut de ses 233 ans, la banque Barings fait faillite.

 

2001 : Enron, la chute d'un géant de l'énergie

 

Enron-logo2.jpgAvant de disparaître, Enron pesait plus de 100 milliards d'euros de chiffre d'affaires et se positionnait parmi les plus grosses capitalisations boursières mondiales. Pourtant, cet énorme groupe texan a sombré en 2001, entraînant dans sa chute son patron, Kenneth Lay, mais aussi le cabinet d'audit Arthur Andersen.

 

Ce sont en effet des comptes falsifiés qui sont au cœur du scandale Enron, spécialisée dans l'énergie et le courtage. Plus de 3 000 sociétés offshore avaient été créées pour contrôler le prix de l'énergie et dissimuler les dettes de la maison mère. Le 31 octobre 2001, une enquête est ouverte. Un mois plus tard, la société est mise en faillite. Son patron, Kenneth Lay, sera condamné par la justice américaine quelques mois avant de décéder d'une crise cardiaque en 2006.

 

2002 : Vivendi et la chute de J6M


Messier.jpgA la fin des années 1990, l'ancienne Compagnie générale des eaux réoriente son activité vers la communication. A la barre, Jean-Marie Messier multiplie les acquisitions (Havas, Canal +, Universal ...) ainsi que les dépenses.

En 2002, le PDG de Vivendi estime que son groupe "se porte mieux que bien". En fait, il perd un milliard de dollars par mois. En juillet 2002, la véritable santé financière de l'entreprise éclate, le cours de bourse s'effondre et Jean-Marie Messier est contraint à la démission. En 2004, l'AMF sanctionne Vivendi et son ancien PDG à hauteur d'un million d'euros chacun. Jean-Marie Messier avait "trompé le public, surpris la confiance du marché et porté préjudice aux actionnaires." Le groupe sera aussi condamné par le gendarme de la bourse américain, pour "publications financières frauduleuses." Les 12 000 petits actionnaires se partagent plus de 50 millions de dollars.

 

2002 : WorldCom a massivement truqué ses comptes


WorldCom.jpg25 ans de prison pour un crime en col blanc, la sanction écopée par Bernard Ebbers est particulièrement lourde. Mais l'ampleur du naufrage de WorldCom ? L'entreprise qu'il a créée et dirigée- reste aussi sans précédent dans les nouvelles technologies. Au début des années 2000, WorldCom est l'un des opérateurs de télécommunication américain les plus en vue.

Mais entre 2000 et 2002, ses comptes ont été frauduleusement gonflés de 11 milliards de dollars. L'entreprise dépose le bilan et se place sous la protection du chapitre 11, qui lui permet de poursuivre ses activités. Les dettes de l'entreprise s'élevaient tout de même à 41 milliards de dollars. Pour tourner la page, WorldCom change de nom. Désormais, la société porte le nom de MCI. Bernard Ebbers reste lui en prison.

 

2003 : Parmalat, la laiterie qui maquille ses comptes


Parmalat-1.jpgL'un des fleurons de l'industrie agroalimentaire italienne s'était construit sur des mensonges. Pendant des années, l'entreprise laitière avait truqué ses comptes pour masquer les pertes liées à des opérations financières couteuses. En décembre 2003, le scandale éclate : Parmalat annonce un trou de 14 milliards d'euros.

La faillite, repoussée grâce aux manipulations comptables, devient inévitable. Au terme d'un procès organisé à Milan en 2008, le fondateur de Parmalat, Calisto Tanzi, a écopé de 10 de réclusion. La société d'audit Italaudit a elle aussi été condamnée. Des milliers d'actionnaires avaient été lésés. Après une période d'administration financière, la nouvelle entreprise Parmalat a renoué avec de bons résultats en 2008.

 

2009 : le vendeur de futons réalise la plus grande escroquerie japonaise


008_kazutsuginami.jpgUne monnaie parallèle, des promesses mirobolantes et un montage à la Ponzi : ce sont les ingrédients de la fraude organisée par Kazu Tsugi Nami. Ce japonais de 75 ans, patron d'une entreprise de literie en faillite a berné environ 37 000 petits épargnants de l'archipel, grâce à la promesse d'un rendement de 36% par an. Pour drainer 126 milliards de yens, soit 1,1 milliard d'euros, Kazutsugi Nami avait créé de toutes pièces une monnaie baptisée "enten", association des mots "yen" et "paradis". En fait, un véritable enfer financier. Les particuliers pouvaient convertir leurs monnaies sonnantes et trébuchantes avec l'espoir d'un rendement mirobolant. Les "entens" étaient utilisables dans certains commerces japonais et sur des sites internet. Nami avait cessé de verser les intérêts et de rembourser les commerçants début 2007. Il a été arrêté début février 2009 avec 20 autres suspects.

 

2009 : Robert Allen Stanford, un Madoff à la sauce texane


Robert-Allen-Stanford.jpgLe parallèle était inévitable. Alors que la finance américaine est encore secouée par l'ampleur du scandale Madoff, un nouveau système pyramidal semble avoir été mis à jour.

Mais cette fois-ci, c'est sous le soleil du Texas que l'arrestation a eu lieu.

Le gendarme de la bourse américaine, la Sec, a décidé de geler les avoirs de Robert Allen Stanford et de trois de ses sociétés. La maison mère de son groupe a été placée sous tutelle judiciaire. Là encore, ce seraient des promesses intenables ainsi que des bilans falsifiés qui ont auraient permis au milliardaire mordu de cricket de monter une fraude évaluée à 9,2 milliards de dollars. Doté d'une fortune évaluée à 2,2 milliards de dollars en 2008, Allen Stanford était un personnage influent dans les caraïbes. Le siège de la Stanford international Bank est basé à Antigua, un paradis fiscal.

 

 

 

 

COPYRIGHT-copie-1


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Eric GASPA 01/07/2019 10:29

MARCHAND AMBULANT HIER, ET AUJOURD'HUI JE SUIS À LA TÊTE DE PLUSIEURS
BOUTIQUES DE PRÊT À PORTER
Je suis Abdoul Samadou, 29 ans un jeune commerçant ambulant a Yamoussoukro
qui a toujours cru en lui et à ses ambitions cela ma poussé a fait la découverte
du grand Maître MEDAR qui ma aider a devenir l’un des plus grands commerçants de mon pays.
Avant j'était marchand ambulant dans les rues de Yamoussoukro.
Ce n’était vraiment pas facile de marcher à longueur de journée pour pouvoir vendre ses produits.
Il y avait des jours avec et des jours sans. je pouvait rester plusieurs jours sans vendre un seul vêtement.
j’ai pu connaître le vrai bonheur dans ma vie avec le Maître MEDAR.
Aujourd'hui je suis à la tête d’une grande chaîne de boutique
de prêt à porter qu’on peu remarquer un peu partout sur les rues de Yamoussoukro.
Comme quoi il suffit juste de croire et d’être muni d’un désir ardent et d’une tension constante de réussir.
Je tiens vraiment à fait ce témoignage pour le remercier;il intervient aussi dans beaucoup de domaine.
Contacts du Grand Maître MEDAR
Adresse électronique : princemedar@gmail.com
Appel et Whatsapp : +22 996 883 650

Hélène 08/09/2012 17:13


Il y a eu des scandales de tout temps qu'il soient dans la finance, dans l'immobilier, dans la politique, dans des entrprises  . C'est vrai que c'est
révoltant. Mais en plus quand ledit scandale réduit à néant par exemple les économies de petits épargants c'est scandaleux. Mais les escrocs sont redoutables d'imagination ...!


Bisesss Hélène  

AD 09/09/2012 06:06



Il est vrai que les scandales récurrents existeront toujours en "Buz". Mais il m'est apparu qu'un rappel préserverait le présent et le futur devant
ces escroqueries, bien que cachées savamment, continuent notamment dans le Marketing viral,
sombre puits de ruine à terme étouffé...


Merci de ce commentaire. Biz. André