Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Burqa : vers une interdiction dans les services publics

burka1.jpg

Brice Hortefeux, Éric Besson et Xavier Darcos ont été entendus par la mission parlementaire sur le voile intégral.


Alors que la mission parlementaire souhaite interdire le voile intégral, trois ministres sont venus mercredi tempérer ses ardeurs. «Nous n'avons pas le droit à l'erreur» a lancé le ministre de l'Intérieur. «Si nous décidons de légiférer, cette loi doit être solide juridiquement. Car elle sera mise à l'épreuve. Rien ne serait pire qu'un texte annulé ou qu'une loi inappliquée.» 

Pour éviter d'être retoqué par le Conseil constitutionnel ou la Cour européenne des droits de l'homme, un risque qu'aucun juriste n'a pu clairement écarter, Brice Hortefeux privilégie une interdiction dans les seuls services publics. Elle s'appuierait sur «la nécessité de pouvoir être identifié pour toutes démarches personnelles (hôpitaux, guichets, transports en commun…)». Cette interdiction aurait «l'avantage d'être applicable et de répondre aux difficultés des agents du service public». Le ministre a, par ailleurs, suggéré de faire du voile intégral, un critère d'intégration à la communauté nationale : «Rien ne serait plus normal que de refuser systématiquement l'accès à la carte de résident à la personne portant ce voile et à son mari. (…) la naturalisation, c'est-à-dire l'entrée dans la communauté nationale, ne me paraît pas souhaitable en pareil cas.» Pour l'instant, quelque 1 900 femmes portent le niqab et les trois-quarts sont françaises. «Mais il faut signifier que nous n'acceptons pas le communautarisme radical», a insisté le ministre.

 

abaya-burka.jpg


Xavier Darcos, visiblement gêné, souhaite, lui, s'en tenir à une résolution parlementaire. Une déclaration d'intention qui «aura l'effet d'une goutte sur des plumes de canard», a regretté le député Jacques Myard. Car ces gens sont enfermés, fanatisés». Le ministre des Relations sociales estime, lui, que soutenir le principe d'«une République à visage découvert» suffira à «relégitimer les agents des services publics qui demandent régulièrement aux femmes de retirer leur voile intégral afin de vérifier leur identité dans certaines démarches de la vie courante».

 

«Atteinte à la dignité humaine»

glavany-jean-ps.jpgCertains députés ont alors rappelé par la voix du socialiste Jean Glavany que la burqa était «intolérable», «qu'elle incarnait une idéologie barbare», «que les moyens de la bannir des services publics existaient» et qu'ils cherchaient comment l'interdire dans l'espace public «intelligemment» . «C'est un peu “courage fuyons” de la part des ministres», s'est désolée la socialiste George Pau-Langevin.

eric-besson.jpgSeul Eric Besson, en souhaitant l'interdiction totale. «Je suis bien averti des risques encourus devant le Conseil constitutionnel et la Cour européenne des droits de l'homme. Je mesure ces difficultés. Mais ma conviction personnelle est que notre République doit interdire cette atteinte à la dignité humaine dans l'ensemble de son espace public.» «Ce voile intégral fragilise notre capacité à faire émerger un islam de France», a conclu le ministre de l'Immigration. Chargés de faire des propositions d'ici à la fin janvier, les parlementaires de la mission pourraient opter pour une action en deux volets. Une résolution, qui agirait comme un temps de médiation, qu'une loi viendrait au besoin compléter.

















Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article