Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Entre la vérité et la légende, imprimez la légende !

Entre la vérité et la légende, imprimez la légende !

Juger une personne, comment et sur quelles bases ?

Le jugement n’est pas social que par son objet, il l’est aussi de par les facteurs qui l’influencent, tels que le contexte social dans lequel il est émis ou les rôles et le statut des personnes qui jugent et de celles qui sont jugées. Donner un jugement sur autrui est acte hautement social.

Le contenu d’un jugement ne dépend pas seulement des informations dont la personne qui juge dispose sur autrui.

D’une part, ce dernier est soumis à un ensemble de contraintes d’ordre normatif, de règles sur la façon dont un jugement peut être émis.

D’autre part, sa propre identité peut être affectée par le jugement qu’il rendra. Le jugement social est donc à envisager comme d’une vision du monde et des préoccupations de l’observateur.

Entre la vérité et la légende, imprimez la légende !

Juger un membre d’un groupe.

Le type de jugement le plus évidement social est celui où le juge et la personne à juger appartiennent à des groupes différents. Leurs insertions sociales respectives ont, en effet, un impact déterminant sur le jugement. Particulièrement importantes à cet égard sont les relations qu’entretiennent les deux groupes.

Des recherches ont montré qu’il suffit que deux groupes soient en situation de compétition pour que leurs membres respectifs construisent, au sujet des membres de l’autre groupe, des jugements extrêmement négatifs, jugements qui permettent de justifier les comportements hostiles rendus nécessaires par la compétition.

Mais, même, en l’absence de compétitions, les jugements portés à l’égard d’un membre de son propre groupe tendent à être plus favorables que ceux portés envers les membres des groupes adverses.

Toutefois, l’appartenance à un groupe n’entraîne pas toujours un jugement plus négatif.

Entre la vérité et la légende, imprimez la légende !

Mieux vaut être beau et Mince pour forger son jugement.

Outre l’appartenance à groupe, les performances ou les comportements de la personne jugée, une multitude d’indications sont utilisées par les observateurs pour constituer leur jugement.

"Mieux vaut être beau", il semble exister une croyance associant la "beauté" a des attributs socialement désirables. Diverses études ont montré que la beauté entraîne des jugements positifs tant surs le plan psychologique que sur les chances de réussite dans divers secteurs de la vie.

On a de même trouvé chez certains enseignants, une surestimation du quotient intellectuel des beaux enfants, ainsi que de leur probabilité de succès.

En effet, des personnes devant évaluer un texte sur la première page duquel figure la photo de l’étudiante censée l’avoir écrit émettent un jugement d’autant plus favorable que l’apparence physique de l’étudiante est plus attirante.

Contrairement à ce que peut suggérer la formule du bons gros, il semble que les obèses face l’objet d’une discrimination perspective hélas car c'est une authentique pathologie, au point que des chercheurs américains parlent de fatism comme on parle de racisme,de sexisme ou d’âgisme.

"Le sourire et la voix" sont aussi sources de jugement.

En effet, les personnes plus souriantes sont jugées plus sincères, plus sociables, plus compétentes, mais moins indépendantes et moins structurées. Mais la voix peut facilement être utilisée pour réaliser des jugements de personnalité

Entre la vérité et la légende, imprimez la légende !

Et les riches dans tout ça ?

Il vaut mieux être dans une situation favorable si on espère recueillir un jugement positif.

Certains analystes et psychologues du comportement ont montré que le simple fait de savoir q’une personne occuperait par la suite une position d’autorité, attribuée de façon purement aléatoire, mène à estimer que cette personne possède une personnalité correspondant à l’exercice de l’autorité.

D’autres recherches ont montré que des caractères différents sont attribués aux pauvres et aux riches et ces différences font l’objet d’un consensus.

Par exemple, un "contenu" plus luxueux ne mène pas seulement à des estimations de statut supérieur, de plus grande richesse, mais aussi à l’impression que ce propriétaire est plus sympathique, plus agressif, plus responsable et qu’il réussit mieux.

Entre la vérité et la légende, imprimez la légende !

Est-ce que leur jugement est-il juste ?

On le voit, un problème majeur dans le domaine du jugement social n'est qu’un baromètre aléatoire et peut ne pas être conscient de ce qui a déterminé son opinion.

Cela va à l’encontre des croyances des gens sur leurs propres processus du jugement. Même s’ils reconnaissent que des influences diverses peuvent affecter leur jugement, la plupart des individus estiment qu’ils peuvent échapper à cette "contamination mentale" assez facilement.

En cela, ils se trompent.

C’est le cas le plus souvent dans les entretiens d'embauches où les personnes ne sont pas jugées que sur leur compétences et mais aussi sur des facteurs trop souvent subjectifs. Heureusement, nous ne sommes pas condamnés à l’injustice des jugements sociaux.

Il est cependant toujours possible d’échapper à de tels pièges si les observateurs sont soucieux de rendre un jugement exact.

Il est cependant toujours possible d’échapper à de tels pièges si les observateurs sont soucieux de rendre un jugement exact.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article