Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Le paradoxe d'un homme (?) et un intéressant privé en roman...

 

Petite publicité pour ce livre qui ne passe pas les 80 pages.

TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT

Sa lecture est délicieuse.

Mais, si j'ai pris sa lecture comme une véritable gourmandise littéraire, en même temps elle vous laisse pantois. 

J'ai tellement aimé ce récit étrange et simple à la fois, que j'en reste interpellé sur le paradoxe qui gère la vie d'un homme qui traverse sa vie, seul ou dans la foule et son travail comme quelqu'un d'invisible pour lequel l'essentiel...c'est de n'avoir vécu pour rien.

Je vous le recommande très fortement. Quand le dernier chapître vient clore cette histoire, on se met à se poser des questions véritablement existentielles.


Le dernier mot ne peut jamais être dit une fois pour toutes.

 

Aucune parole n’est définitive. Chaque parole se reprend. Incessamment d’autres perspectives lui sont ouvertes. De nouvelles possibilités la sollicitent.

 

Inlassablement d’autres paroles viennent l’affronter ou la contredire...

 

Cette spécificité humaine resterait inintelligible sans la différence et sans le dépassement de la différence.


Cet animal différentiel qu’est l’homme ne cesse de creuser des béances dans la plénitude du "donné" naturel pour inlassablement les combler et inlassablement les creuser encore.
 

L’animal a cette extraordinaire faculté d’être complètement chez soi dans la nature.
Il vit un "oui" absolu à la nature. Il vit en harmonie absolue avec sa condition de naissance.

L’homme, fils du "non", ne peut rester qu'un animal frustré. Irrémédiablement.

 

 


Extraits :


       

                                                   

                                                     TTTTTTTTTTTTT

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
j'adore et je plains les pigeons et une amie me l'a offert, ne sachant pas ce qu'il contenait! voici ce que j'en ai ecrit, si ça vous interesse :
http://psychanalyse-et-animaux.over-blog.com/2014/11/le-pigeon-de-patrick-suskind-amour-phobie-genocide-l-impossible-separation.html
Répondre
J
Beau texte, André...
Répondre
A
André,En effet Informer c'est manier du sens, manier du sens c'est lutter, lutter c'est être en tension, la tension produit du mouvement propice à la création. Comme je le dis souvent penser à la mort c'est vivre plus fort , car on a plus rien à perdre et c'est dans ces moments que l'on réalise des exploits.Deux citation que je soumets à ta sagacité=  
-'La meilleure arme d'un résistant n'est pas la mitraillette mais l'information' Lucie Aubrac 
-'Pour être libre il faut être informé' Voltaire
Répondre