Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Après la Vie, vous prendrez un fromage ou un dessert ?

Après la Vie, vous prendrez un fromage ou un dessert ?

Si l’on y regarde de plus près, l’angoisse de la mort est un déplacement.

Ce n’est pas la peur de ne plus être mais la peur d’être.

Comme chacun, on a eu accès au commencement, il est “datable”, la vie poursuit son cours, on en a pris plus conscience, en revanche ce que l'on ne sait pas, c’est l’issue, le terme.

Qui peut dire quand et comment il “mourra” ? La première fonction est de se rassurer sur la mort : quitter ce monde.

Mourir ou souffrir ?  

“Ce n’est pas la mort qui fait peur, mais la souffrance”.
On ne peut pas avoir peur de la mort parce qu’on ne sait pas ce que c’est. La mort est une idée, un fantasme.
Ce qui angoisse ce n’est pas de mourir mais de ne pas savoir. Alors que la souffrance est connue.
Chacun a pu un jour où l’autre vivre une douleur, une souffrance, physique ou psychologique.
Mais la douleur est bien quelque chose de conscient, je sais ce que c’est. De plus elle appartient à la vie. La mort est d’une certaine manière une libération de la souffrance...
Après la Vie, vous prendrez un fromage ou un dessert ?
Une partie de la réponse se situe à ce niveau.
Est-il recevable d’envisager ma vie d’aujourd’hui  comme une souffrance, quelque chose auquel je ne peux plus faire face.
En fait, c’est ma vie qui n’est plus maîtrisable, “domptable”. C’est la vie que je subis alors que je tente de faire “au mieux”.
 
L’aspect conscient d’une vie est infime comparé au côté “inconscient”. Les religions tentent de répondre à ces questions : le paradis, la réincarnation...
Mais je suis agnostique !
Le sommeil est une pulsion de "mort".
Il existe les pulsions de "vie", celles qui nous gèrent au quotidien et qui en général prennent le dessus. Le sommeil répond à une pulsion de mort (inactivité inconsciente).
Pourtant le sommeil répond à un besoin physiologique. Paradoxe de la situation, si on ne dormait pas tant, même artificiellement,on finit par mourir.
La peur de la mort n’est pas la même chose que la peur de mourir.
La peur de la mort ce serait la peur de ce qui est “nommable” sans pour autant prendre un sens concret, un voyage vers l’inconnu ( ? ) que l’entendement ne pourrait atteindre. La peur de mourir est plus à rapprocher d’un déplacement de l’angoisse de vie.

La mort comme moteur de vie

Alors ?

Ces angoisses sont nécessaires à la continuation de la vie car elles repoussent et déplacent l’inacceptable du quotidien. Même les plus « courageux » ont  peur de mourir.

Ces peurs peuvent se matérialiser de mille et une manières différentes. Lorsque l’angoisse est démesurée, en parler, consulter un psychothérapeute.

Il ne peut pas atténuer, mais permettre de "mieux vivre" avec cette idée d’accepter finalement une angoisse et s’apercevoir qu’elle est un moteur dans le développement de soi et surtout indispensable à la vie.

 

Mais il ne fait pas tout…Hélas.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Abraham Soubrie 07/05/2009 20:20

Bonsoir,Oh ! Vous savez , fromage ou dessert , après j'aurais l'éternité pour choisir...!Merci pour votre site , et ce super article...çA Phot ' Aux Yeux ...!A+ de vous relire , Sincère Salutations ... Abraham  Soubrie