Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même

Si la véracité n'est pas un devoir aussi absolu qu'il y paraissait d'abord, c'est qu'il existe des valeurs au-dessus d'elle.

La seconde formulation de l'impératif catégorique kantien précise qu'il faut prendre l'humanité, dans sa personne comme dans celle d'autrui, toujours en même temps comme une fin et jamais seulement comme un moyen.

Si le médecin se tait par compassion envers celui qui ne veut pas savoir, il prend son malade comme fin (comme d'ailleurs lorsqu'il dit la vérité à qui la réclame). Quand le torturé refuse de livrer ses amis, il les prend comme une fin, alors même que le bourreau, lui, l'utilise comme un moyen.

En fin de compte, la valeur reste l'homme et le respect qu'on lui doit. Il faut mettre l'homme au-dessus de la vérité.

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même
Le pire mensonge est de se mentir à soi-même

Il existe bien des valeurs supérieures à la vérité comme, par exemple, l'assistance à personne en danger.

Donnons l'exemple de voisins qui savent qu'un enfant est battu.

Il leur faut alors parler. Mais inversement quand celui qu'on torture se tait devant ses bourreaux, c'est qu'il pense que parler mettra ses amis en danger.

Pour l'ami dont un meurtrier me demande où il se trouve n'en est-il pas de même ?

Il est en danger. Il faut que je me taise.

Quant à asséner la vérité à celui qui en sera écrasé, ce n'est pas bonne foi mais violence, brutalité, insensibilité. Prendre l'homme comme fin reste le principe.

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même

Il faut dire la vérité quand on ne manque pas par-là à quelque vertu plus haute et plus urgente.

Comme l'écrit Jankélévitch : « Malheur à ceux qui mettent au-dessus de l'amour la vérité criminelle de la délation ! Malheur aux brutes qui disent toujours la vérité ».

Quoi qu'il en soit, se taire par intérêt n'est jamais moral puisqu’alors on se sert des autres. C'est l'égoïsme.

À cet égard, le cas du mensonge politique est éclairant. De qui refuse de dire la vérité parce qu'il a peur de perdre des voix aux élections, nous dirons qu'il se sert des autres et est donc immoral.

Mais celui qui tait la vérité parce qu'il vise une cité plus juste et plus raisonnable prend l'humanité comme fin et nous ne saurions le lui reprocher. Au fond, tout est question de cas particuliers et il semble bien que la véracité ne relève pas d'une loi universelle.

 

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même

Il nous faut distinguer le juste et l'équitable.

Même si une règle est juste, elle ne sera équitable qu'à la condition de savoir l'adapter aux cas particuliers.

La morale est-elle affaire de généralité ? Comment mettre en œuvre une morale abstraite hors de toute détermination sociale, historique et psychologique ? Qu'on ne se trompe pas !

C'est le principe même de la morale que je mets ici en cause car une morale non universelle n'est plus une morale mais du moralisme. Mais peut-être effectivement n'existe-t-il que du moralisme.

Ceci étant dit, dire qu'il existe des cas particuliers, des exceptions à la règle de véracité, ce n'est pas nier l'existence de la règle. S'il y a des cas de conscience, tout n'est pas sujet à cas de conscience.

Montaigne :

« Il ne faut pas toujours dire tout, car ce serait sottise ; mais ce qu'on dit, il faut qu'il soit tel qu'on le pense, autrement c'est méchanceté. »

 

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même

Conclusion

Il est parfois permis de se taire quand on connaît la vérité. Il n'en reste pas moins vrai que les circonstances de ce droit restent l’exception. L'idéal reste une société où la vérité est une valeur.

Mais, justement, cela reste un idéal et, en fin de compte, le suprême mensonge n'est-il pas de croire que la vérité est presque toujours possible.

L'idéal de transparence entre les hommes est-il un idéal sérieux ? Ne portons-nous pas tous des masques sociaux, ne jouons-nous pas toujours des rôles que les contraintes sociales nous imposent et qui sont en fin de compte des mensonges ?

Sartre soulignait que l'homme qui se présente comme absolument sincère est en fait de mauvaise foi. Il n'est pas sincère, il a à l'être, ce qui est différent.

Car s'il est parfois permis de taire aux autres ce que je sais, il n'est pas permis de se mentir à soi-même.

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
non seulement certains mentent aux autres mais ils se mentent à eux-mêmes !!! Il est plus facile de rester dans le déni que de reconnaître certaines vérités qui font mal parfois à l'ego ...
Répondre
A
J'écrivais : "Il est parfois permis de se taire quand on connaît la vérité....". C'est l'importance d'un Président de la République...