Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Toute maladie est une confession par le corps...

Toute maladie est une confession par le corps...

Au moment de l’annonce du diagnostic d’une maladie grave et éventuellement mortelle, il faut savoir que le médecin "actualise" en fait, deux maladies pour le malade.

Une maladie organique (VIH, cancer, Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA)…) pour laquelle il a, de toute évidence, de solides compétences techniques et scientifiques…

Mais aussi, et il ne faut surtout pas l’oublier, une maladie anxieuse, qui peut avoir, à très court terme, des conséquences tout à fait délétères pour le malade et sérieusement compliquer sa prise en charge (refus du diagnostic, fuite des traitements, importance des effets secondaires…)

Car, vivre réellement un événement comme étant le début du processus de sa propre mort ne peut pas, du point de vue psychique en tout cas, être considéré comme un événement banal en soi.

Toute maladie est une confession par le corps...

Le début de la crise que provoque la maladie grave commence avec l’annonce du diagnostic.

Pour le malade, il y a alors un véritable basculement, un passage de frontière du monde des biens portants dans celui, beaucoup moins confortable, des êtres en sursis.

Le malade sait qu’il risque de perdre la vie, sa famille, de perdre un être aimé, autant de facteurs qui génèrent une souffrance singulière qu’il convient d’écouter et de prendre en charge de manière précoce et adaptée.

Tout soignant doit intervenir à son niveau, dans les limites de sa compétence, dans la prise en charge de son patient dans cette situation. Le psychologue clinicien (titulaire d’un DESS de Psychologie clinique) peut être d’un précieux secours dans ces moments de grande détresse.

Toute maladie est une confession par le corps...

Car, ce qu’il faut prévenir, dès l’annonce du diagnostic, c’est l’installation de mécanismes de défense inadaptés.

Ils vont aller en se rigidifiant, au fur et à mesure de l’augmentation de la pression anxieuse.

Une fois la phase de choc et de sidération passée, il faut relancer et maintenir l’activité des processus psychologiques vitaux, afin que le malade continue son chemin de vie de la meilleure façon possible.

Il s’agit là d’un authentique travail de soins spécialisés qui est essentiellement centré sur la qualité de vie du patient.

Ce type de prise en charge s’adresse avant tout au malade et, si cela s’avère nécessaire, à sa famille.

Il devrait pouvoir être accessible à tous les patients atteints de maladie grave, ce qui, malheureusement est encore loin d’être le cas…

Toute maladie est une confession par le corps...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dominique 14/01/2016 19:37

Un cancérologue s'est retrouvé atteint lui-même d'un cancer. Il est passé du statut de soignant à celui de patient ... Il a très mal vécu cette expérience ... Il a écrit un livre
Il a revu ses méthodes après sa maladie, car effectivement on soigne le corps et on ne soigne pas l'esprit !!!
Quoique maintenant quand on a un cancer il y a une prise en charge prévue par un psychologue. J'avoue que (pour l'avoir vécue) cette prise en charge est bien nécessaire
Même les proches ne comprennent pas ce que l'on vit. .....

AD 25/03/2016 16:01

Personnellement c'est un mot (cancer), c'est une maladie hypocrite !

AD 16/01/2016 10:49

Concernant des "grandes" en terme de "notoriété" et de "présence à l'esprit",(... les maladies graves comme le cancer.).
Donc, il est bien indiqué par toi de l'importance de l'obligation des "équilibres" de la volonté de mobiliser et obtenir de son esprit pour avoir sa responsabilité. Le complément direct de la technologie médicale ou chirurgicale, la technologie scientifique.
Merci Dominique. J'espère que tu restes toujours et commandent de ta force heureuse pour vivre....HEUREUSE !