Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

Tout désir est désir d'être

C'est à dire désir de reconnaissance positive de soi par la médiation du désir d'être des autres. Il peut se vivre en désir d'avoir, en désir d'agir et/ou en désir de paraître.

Le corps sensible est source et lieu du désir; le corps est désirant et désirable; c'est-à-dire objet et sujet du désir; le cerveau est le viscère de la pensée.

Celle-ci est l'idée du corps en acte; idée produite dans le corps par le cerveau, agissant par et pour le corps; cette idée est plus ou moins adéquate, c'est à dire plus ou moins consciente des conditions favorables ou défavorables à la réalisation active du désir d'être.

Le refus "idéaliste" du corps est une manière détournée, confuse et illusoire de compenser l'image obsessionnelle du corps souffrant et mortel; son effet n'a d'autre fonction que de calmer la souffrance due à et dans une situation d'impuissance qu'elle aggrave en retour.

L'activité corporelle est, selon l'idée que l'on a de son corps, plus ou moins efficace dans la mise en œuvre du désir d'être comme puissance d'action.

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

L'idée du corps

Le corps ne se reconnaît lui-même en tant que sujet avoué/dénié du désir que dans la relation au(x) corps désirants et désirés des autres.

L'idée du corps se construit par la médiation des traces symboliques des valeurs socialisées du désir et des signes des rapports du désir comme rapports de pouvoir.

Ces valeurs et ces rapports structurent la "mise en scène" qui instituent et instruisent les corps plus ou moins conscients en acteurs plus ou moins originaux de leur recherche du bonheur dans leurs relations au corps des autres.

Cette recherche du bonheur est conditionnée par des conventions sociales plus ou moins explicites (réglées) qu'il est possible de détourner, de suspecter voire de contester.

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

Transgression ?

Tout jeu social implique comme "convention non-dit" la possibilité de la transgression, dans certaines limites et à certaines conditions, de ces conventions plus ou moins réglées.

Ces limites et conditions restent nécessairement floues (logique floue des facteurs humains) car elles font l'objet d'une négociation permanente entre les acteurs, sur la base de leurs conflits d'intérêts et selon des rapports de forces et de pouvoirs mouvants : c'est le jeu politique.

Chaque corps tend à accroître ses marges de manœuvres et à reculer les limites de son domaine plus ou moins protégé d'initiative sans sacrifier son besoin vital de sécurité.

Ainsi doit-il "en interne" et "en externe" "gérer" le conflit entre les valeurs toujours contradictoires du désir d'être que sont la liberté et la sécurité. Les restrictions à l'initiative ne sont consenties que dans le cadre d'un échange donnant/donnant plus ou moins illusoirement ou fictivement égalitaire.

Le jeu politique efficace exige le recours à la raison critique et à la remise en question de l'illusion égalitaire en vue de sa transformation en fiction libératrice comme condition d'une action libératrice non fictive.

C'est pour cela, au risque d'apparaître cynique, qu'il convient toujours, en politique, de choisir la lucidité, l'ironie et l'humour contre l'illusion, le sérieux et le pathos des grands sentiments moraux (sauf à les instrumentaliser).

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

La raison est la ruse du désir

Elle imagine, selon l'exigence de cohérence, des projets de désir logiquement possibles. Elle calcule les conséquences et oriente les stratégies symboliques du désir, y compris lorsqu'elle prétend s'en abstraire.

Le corps pense d'une manière plus ou moins réfléchie pour ou contre le désir de vivre : désir de se reconnaître dans la vie et le plaisir du corps ou dans la mort et la souffrance transfigurées et valorisées car fantasmées comme valorisantes (jusqu'à faire de la mort et de la souffrance une promesse perverse de bonheur et de vie !).

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

Le corps pense

Et il se pense à l'intersection conflictuelle du biologique et du social, de la conscience explicite et de l'inconscient, du court terme et du long terme, de la vie et de la mort, du moi et des autres, du principe de plaisir et du principe de réalité.

La contradiction est le moteur de la vie. Et l'on ne doit pas désirer la dépasser; mais l'on doit construire une éthique rationnelle pour en faire le meilleur usage, dans l'affirmation positive de soi qui définit la liberté.

Le bonheur est la gratification plus ou moins durable que ressent le sujet par le fait des signes symboliques de la reconnaissance de cette liberté (objets, gestes rituels, expressions corporelles, paroles etc..). Le bonheur se vit dans l'amour de soi appuyé sur ces signes toujours réinterprétés par le sujet.

Il peut se vivre dans l'inégalité comparative singulière : mon être vaut plus que celui des autres dès lors que je peux exercer un pouvoir, que la puissance de mon désir domine ou utilise celle de l'autre à mon profit.

Ce pouvoir peut être institué (autorité) ou d'influence (informel). Cette comparaison gratifiante suppose des valeurs de référence considérées par le sujet, à tort ou à raison, comme devant valoir pour tous. Il n'y a pas de pouvoir valorisant sans valeurs de légitimation.

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

Signes "factices"

Il peut se vivre dans l'appartenance à une identité collective valorisée et valorisante, mais toujours aux dépens d'une identité collective jugée inférieure.

Cette appartenance positive repose sur des valeurs communes considérées comme supérieures à celles d'autres collectivités; elles exigent donc la certitude subjective que ces valeurs supérieures valent, à leur corps défendant, pour les groupes alternes.

Cette inégalité se prouve par un rapport de pouvoir culturel et symbolique permettant de reproduire sa légitimité illusoire; y compris, si possible dans les représentations du groupe dominé.

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

Réciprocité

Il peut tenter, enfin, de s'inscrire dans une évaluation "égalitaire" croisée, fondée sur des règles de réciprocité rationalisables, c'est à dire universalisables sans contradictions formelles apparentes.

Cela suppose l'affirmation d'une universelle égalité morale entre tous les hommes, dans leur droit au bonheur (désir de conserver son être et sa puissance valorisante).

Mais cette égalisation n'existe jamais, si tant est qu'elle le puisse, sans une lutte permanente contre tous ceux qui la refusent et que l'on ne peut prétendre convertir à la croyance en l'universelle valeur humaine par de simples raisonnements.

Une telle réciprocité implique donc un double rapport de force et de pouvoir:

- L'égalité virtuelle des forces entre tous, laquelle exige la lutte des opprimés contre leurs oppresseurs.
- Le déséquilibre par conséquent des forces au profit de ceux qui partagent cette conception universelle de la valeur humaine et l'attribuent à priori à tous.

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

Le désir…

Donc la question du pouvoir et des rapports de forces est celle de la condition de possibilité de toute recherche du bonheur inscrite dans le désir d'être de chacun dans le jeu plus ou moins consciemment réglé des relations égalitaires/inégalitaires au désir d'être des autres.

Le don ("de soi") est une illusion ou une fiction (ce qui vaut mieux pour ne pas s'enfermer dans l'absolu de la passion) nécessaires à la mise en œuvre de la réciprocité amoureuse amicale ou familiale. Celle-ci, en effet, est échange apparemment gratuit de gratifications.

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

Qu'est-ce-à-dire ?

L'égalité dans la reconnaissance se met alors hors la visée explicite de domination qui sous-tend toujours la rivalité entre les désirs de chacun.

Chacun doit donner à croire (jusqu'à un certain point) qu'il donne sans exiger un équivalent, ce qui ferait de celui qui reçoit un obligé et ce qui compromettrait d'emblée son accès à la joie d'être reconnu pour lui-même.

Mais que se passe-t-il si aucun retour suffisant, à la longue ne s'opère ? La fin de l'amour ou l'auto valorisation de soi dans et par le sacrifice plus ou moins consciemment utilisé vis à vis des autres comme moyen de chantage...

Où l'on reconnaît, encore!, la catastrophique et liberticide passion religieuse.

Mieux vaut donc s'efforcer de mutualiser le pouvoir, en le limitant par le pouvoir, que de sombrer dans la niaiserie d'un désir de bonheur sans rapport de pouvoir, ce qui inévitablement conduit au pouvoir religieux plus ou moins occulte et intériorisé et ce qui, par conséquent, laisse le dominé sans défenses.
 

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…

CONCLUSION

Tout désir est indissociablement désir du pouvoir et pouvoir du désir (désir de désir).

Le bonheur réside dans la gestion raisonnablement régulée des rapports de désirs comme rapports de pouvoirs.

Le principe fondamental de cette régulation est l'égalité du droit au bonheur de chacun, c'est-à-dire du droit de chacun à faire valoir son désir dans des relations positives aux autres.

La politique a pour rôle d'assurer à tous les conditions juridiques, sociales et économiques d'ensemble de la mutualisation de ce droit au bonheur.

On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…
On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…
On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir…
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Article bien documenté et intéressant.
Une petite remarque sur le titre vous dites :"on en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir".
Personnellement cette phrase me contrarie. J'aime l'objet de mon désir et par conséquent je le désire . Aimer que son désir n'apporte pas le bonheur de partager avec l'objet de son désir ... ;)
Cordialement
Répondre
A
Hou là !
Sincèrement je ne sais que dire en "réponse" à ce commentaire car il est certain que vous êtes Docteur en Philosophie !!!

Je n'ai pas compris la dichotomie par rang = entre le désir et l'objet ? ou alors l'objet et le désir...?

Je vais acheter un sac très tendance Champs-Elysées et j'entre dans ce magnifique sac-crocodile qui n'était que la facture et carte bancaire pour que "le tout" d'avoir : L'AMOUR ! Vous et moi ! Chiche ? :)