Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Ode à "Manou"...

Ode à "Manou"...
Ma mère,


Les yeux de ma mère
Médusaient et ensorcellaient
Sa bouche, fruit juteux et sensuel
Ses cheveux, cascade en déroute
Sa peau, soie blanche et brillante
Son corps, statue lascive et rebelle

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère avait enfanté, allaité et sevré
Ma mère avait choyé, amadoué et bercé
Ma mère avait veillé, peiné et enduré
Ma mère avait attendu, patienté
Ma mère avait vécu, souffert, et aimé

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère était une femme laborieuse
Forte, tenace et courageuse
Ma mère était une poule couveuse
Une abeille butineuse
Une épouse jalouse et amoureuse

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère avait décroché les étoiles et la lune
Ma mère avait construit la muraille de Chine
Ma mère avait traversé toutes les mers
Ma mère avait apprivoisé les courants d’air
Ma mère avait percé tous les mystères

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère était une migrante, une gitane
Une louve, une tzigane
Une tigresse, une nomade
Une bohème, une amazone
Ma mère était une conquérante

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère avait vaincu les rois et les empereurs
Ma mère avait fait des miracles et des splendeurs
Ma mère avait créé la beauté et la grandeur
Ma mère avait fondé les principes et les valeurs
Ma mère avait inventé la tendresse et la douceur

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère était une magicienne, une artiste
Une marquise, une aristocrate
Une duchesse, une princesse
Une reine, une impératrice
Ma mère était une déesse

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère guérissait tous les maux
En murmurant des mots d'amour
En posant des yoghourts vides sur nos dos
En une potion de grand-mère pour éviter le mal
Ma mère était mon infirmière

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère était une porte, une fenêtre
Une citadelle, une forteresse,
Un port, un phare
Un horizon, une prière
Ma mère était ma Lumière

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère était mon gîte et mon couvert
Mon ombre, mon escale
Mon abri, mon bercail
Mon giron, mon nid
Ma mère était ma patrie

Ma mère, tout le monde l'adorait

Ma mère n’avait plus toutes ses dents
Ma mère avait les cheveux blancs
Et le regard nonchalant
Je l’aimais tout autant
Que celle d’antan
Depuis que je suis né
Ma mère, tout le monde l'adorait


C’était une femme d’exception !
Comme j'aimerai te voir sur "la lune"
Tu es partie si vite, si loin et si haut.
Vis, maman, vis encore,
Reviens, s'il te plait, encore un peu.


Ma mère, tout le monde l'adorait et moi aussi,
Mais je l'aimais beaucoup plus que je n'ai pu aimer ma Vie.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article