Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

La liberté, c'est une forme de la conscience.

La liberté, c'est une forme de la conscience.

Le mal humain...Nous en avons tous fait l’expérience :

Une période de stress, de fatigue, d’isolement un peu plus longue que d’habitude, et le doute revient.

« Où cours-je ? Où vais-je ? Dans quel état j’erre ? » (Shakespeare).

Ce questionnement semble être le propre de notre condition humaine. Les oiseaux dans le ciel, les poissons dans l’eau se demandent-ils pourquoi ils volent, nagent et suivent tel courant plutôt qu’un autre ? Probablement pas, mais l’homme, « animal conscient », est taraudé par le sens, aux deux sens du terme justement : la direction à prendre autant que la raison valable sur laquelle fonder son existence.

La liberté, c'est une forme de la conscience.

Pourquoi ?

Parce que lui seul est conscient de sa mortalité. « On naît, on se reproduit une ou deux fois, et puis on meurt », résumait Michel Houellebecq dans une interview.

Et même s’il est possible de trouver des sources de motivation au quotidien, cette prise de conscience du caractère absurde de notre existence – du moins dans ce que nous en percevons – est inévitable.

Pour certains philosophes, elle est même le prix à payer de notre plus grande qualité, notre capacité à penser : « Qui ne s’interroge pas est une bête, car le souci constitutif de toute vie humaine est celui de son sens », écrivait Arthur Schopenhauer ("Le Monde comme volonté et comme représentation").

La liberté, c'est une forme de la conscience.

Parfois, lorsque cette conscience de l’absurde et du vide s’installe et que l’on n’a pas trouvé les bons choix à faire pour en sortir, la vie perd ses couleurs, le quotidien devient mécanique et sans saveur.

Dans son journal, le poète Fernando Pessoa a su décrire cet état : « J’ai passé ces derniers mois à passer ces derniers mois. Rien d’autre, un mur d’ennui surmonté de tessons de colère. »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article