Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

La Cupidité : son sens et son extension

Cupidité et avarice sont des termes pratiquement équivalents. Tous deux signifient un désir immodéré des richesses ou de l'argent. Cependant, le terme cupidité porte en lui-même une insistance plus marquée sur le désir, c'est-à-dire sur l'aspect formel de l'avarice, qui est essentiellement un désordre pathologique.

Par ailleurs, la cupidité a une extension plus large que l'avarice, car l'avarice concerne un vice personnel par rapport à l'usage de l'argent, tandis que la cupidité embrasse, avec celle des individus la soif immodérée des richesses, qui peut se concrétiser dans des sociétés qui exploitent de toutes sortes de manières la confiance populaire.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

La cupidité : son objet

La cupidité a pour objet toutes les richesses, c'est-à-dire tous les biens extérieurs utiles à la conservation de la vie, au bien-être et à l'épanouissement humain complet des personnes et des familles qui composent la société.

Ces richesses sont donc bonnes en elles-mêmes; leur usage raisonnable en fait même un élément important du bonheur humain temporel. L'extrême pauvreté, l'expérience le prouve, engendre habituellement de déplorables désordres.

Voilà pourquoi il y a un désir naturel des richesses qui ne comporte en lui-même rien de désordonné; ce désir naturel agit comme un stimulant intérieur qui pousse à se procurer, de manière raisonnable, tout ce qui est nécessaire à notre subsistance et utile à notre perfectionnement humain.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Le caractère ambigu des richesses

La cupidité a pour objet toutes les richesses, c'est-à-dire tous les biens extérieurs utiles à la conservation de la vie, au bien-être et à l'épanouissement humain complet des personnes et des familles qui composent la société.

Ces richesses sont donc bonnes en elles-mêmes; leur usage raisonnable en fait même un élément important du bonheur humain temporel. L'extrême pauvreté, l'expérience le prouve, engendre habituellement de déplorables désordres.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?
LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Le caractère ambigu des richesses

Biens ambigus, les richesses le sont, puisque suivant l'usage que nous en faisons, elles peuvent être ou instruments d'amour ou instruments de haine, ou instruments de liberté ou instruments d'esclavage, ou instruments de service ou instruments de domination, ou instruments de paix ou instruments de guerre. Les richesses, étant des biens d'échange, fondent une foule de relations entre les personnes, les sociétés, les nations.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Elles peuvent aussi bien soulager la misère que l'augmenter et même la causer.

Dans le système économique primitif, les richesses étaient échangées par le troc; il y avait alors l'échange direct d'un bien contre un autre. Les échanges de biens avaient, dans cette économie, un caractère à la fois beaucoup plus personnel et objectif.

Les hommes cupides pouvaient frauder sur la qualité et la quantité de leurs produits mais sur une échelle moindre et avec beaucoup moins de facilité que dans un système où l'argent, de plus en plus impersonnel, constitue le moyen d'échange universel.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

En raison de l'évolution de la société et de la complication des rapports sociaux qui s'en est suivie, les richesses se sont monétisées.

De sorte qu'avec de l'argent, "propre ou sale", il est maintenant possible de tout acheter : biens, services et même malheureusement des personnes considérées comme des objets.

Avec l'argent, on peut se procurer tout ce dont on a besoin en fait de logement, vêtement, nourriture, soins de santé, services éducatifs et culturels, et même satisfaire à tous ses caprices en fait de plaisirs. À la mesure de sa fortune, on peut surtout posséder un véritable pouvoir sur autrui.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

En raison du pouvoir qu'il donne, l'argent devient symbole de puissance universelle. Élevé en signe extérieur de pouvoir sur les individus et les peuples, l'argent en vient à exercer une incroyable séduction sur les esprits.

D'où la tentation, personnelle et sociale, d'accumuler le plus d'argent possible pour être plus puissant, pour étendre son influence et sa domination. Dans cette optique, l'argent s'affirme comme un dieu tout-puissant, devant qui plient les genoux de ses adorateurs, qui eux-mêmes cherchent à se faire adorer, c'est-à-dire à mettre leur puissance matérielle au-dessus de tous les droits et de toutes les libertés. Il est donc clair que les richesses transformées en argent sont des biens ambigus. Euphémisme !

Le rôle de l'argent

Nécessaire, dans certaines limites, au bonheur humain temporel, "l'argent, comme dit le proverbe, ne fait pas le bonheur mais y contribue".

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

L'argent est aussi au service des hommes, au service de tous les hommes et de leurs besoins...

Or, l'argent, convertisseur universel des richesses, cesse de contribuer au bonheur personnel et social, lorsqu'il devient une fin en soi, lorsqu'il s'affirme comme source de pouvoir indépendante de toute règle morale, lorsque entre les mains d'êtres et d'organisations cupides et sans cœur, il tend à se soumettre l'immense majorité des hommes.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Alors, mieux vaut être pauvre et libre que de se soumettre au pouvoir tyrannique de cet argent trompeur.

C'est ce qu'avaient compris de leur temps certains philosophes et poètes comme Sénèque, Cicéron et Virgile.

Ce qui, à notre époque, frappe tout d'abord le regard, ce n'est pas seulement la concentration des richesses, mais encore l'accumulation d'une énorme puissance, d'un pouvoir économique discrétionnaire, aux mains d'un petit nombre d'hommes qui d'ordinaire, ne sont pas les propriétaires, mais les simples dépositaires et gérants du capital qu'ils administrent a leur gré.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Ce pouvoir est surtout considérable chez ceux qui, détenteurs et maîtres absolus de l'argent, gouvernent le crédit et le dispensent selon leur bon plaisir.

Par là, ils distribuent en quelque sorte le sang à l'organisme économique dont ils tiennent la vie entre leurs mains, si bien que sans leur consentement nul ne peut plus respirer.

Cette concentration du pouvoir et des ressources, qui est comme le trait distinctif de l'économie contemporaine, est le fruit naturel d'une concurrence dont la liberté ne connaît pas de limites; ceux-là seuls restent debout, qui sont les plus forts, ce qui souvent revient à dire, qui luttent avec le plus de violence, qui sont le moins gênés par les scrupules de conscience.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

À son tour, cette accumulation de forces et de ressources amène à lutter pour s'emparer de la puissance, et ceci de trois façons : on combat d'abord pour la maîtrise économique.

On se dispute ensuite le pouvoir politique, dont on exploitera les ressources et la puissance dans la lutte économique ; le conflit se porte enfin sur le terrain international, soit que les divers États mettent leurs forces et leur puissance politique au service des intérêts économiques de leurs ressortissants, soit qu'ils se prévalent de leurs forces et de leur puissance économiques pour trancher leurs différends politiques.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

L'avarice, une maladie de l'âme

Les désirs charnels sont, dans un certain sens, moins dangereux que le désir de l'argent, car les désirs charnels s'apaisent par leur satisfaction et leur excès engendre le dégoût, tandis que le désir immodéré de l'argent, lorsqu'il ronge et domine le cœur, ne connaît pas de limite et est insatiable.

À la question posée si l'avarice est un vice incurable, Saint Thomas d'Aquin répond que "l'avarice n'est pas un vice incurable en lui-même, mais qu'il l'est relativement, par suite des faiblesses de la nature humaine qui vont toujours croissant.

Car plus un individu est faible, plus il a besoin du secours des choses extérieures, et c'est pour cela qu'il est plus porté à l'avarice. Par conséquent, ce qu'il y a d'irrémédiable dans ce vice ne prouve pas qu'il soit le plus grave, mais qu'il soit d'une certaine façon le plus dangereux.

Ce qui rend aussi ce vice dangereux, c'est qu'on se fait illusion facilement à son sujet. On trouve tant de prétextes pour l'excuser qu'on peut en être atteint sans le savoir".

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Les vertus que détruit l'avarice.

Aristote dit très justement que l'avarice s'oppose à la libéralité, qui est la vertu morale naturelle qui règle, conformément à la raison, l'usage des richesses. En tant que vertu régulatrice de l'usage des richesses, la libéralité dispose à acquérir et à conserver raisonnablement les biens extérieurs, de manière à s'en départir aisément pour subvenir à ses justes besoins et à ceux de sa famille.

L'acte le plus important de la vertu de libéralité est de donner partie de ses biens, dans une juste mesure, pour satisfaire d'abord à ses propres besoins et contribuer aussi au bien commun de la société. L'avare pèche contre la vertu de libéralité par son appétit effréné du gain, par le désir qui le brûle d'accumuler le plus de richesses possible, et de les conserver bien au-delà de ses besoins et des exigences de sa condition sociale.

L'avare veut recevoir le plus possible et il éprouve une grande répugnance à donner de ses biens, même parfois pour acheter ce dont il aurait besoin. Sa passion de l'argent le rend capable de s'imposer à lui-même et d'imposer à sa famille de dures privations pour ne pas diminuer son patrimoine.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Est-il possible d'être attaché excessivement à l'argent, sans être injuste ? Oui.

Est-ce qu'être avare signifie nécessairement être injuste ? Non. Quelqu'un peut être avare sans être injuste, si son vice ne le pousse pas à employer des moyens malhonnêtes pour amasser de l'argent et le conserver. Hélas, c'est le contraire qui se produit le plus souvent.

La passion de l'argent fait habituellement sauter tous les interdits, toutes les règles morales. La cupidité est le chemin par excellence des pires injustices. C'est elle qui inspire toutes les formes imaginables de fraudes, de vols, et d'abus de confiance, et cela dans tous les secteurs de l'activité humaine.

La soif insatiable de l'argent, non seulement chez les requins de la finance mais aussi chez tous ceux qui sont atteints de cette maladie morale, ne connaît dans la pratique d'autre loi que la fourberie et l'habilité pour s'emparer du bien d'autrui ou le retenir. Les profiteurs au cœur ténébreux et insensibles à la souffrance de leurs victimes sont un véritable fléau.

Si l'avarice ne comporte pas nécessairement de faute contre la justice, par ailleurs, elle porte toujours atteinte à son prochain. L'avarice ou cupidité tue dans l'âme toute compassion, car son mouvement propre est de conserver ses biens, et tout au plus de les dépenser exclusivement pour soi, plutôt que d'en faire part aux nécessiteux sociaux.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Les symptômes de la maladie de l'avarice

L'avarice est une maladie de l'âme. D'où la nécessité de déceler les symptômes de cette maladie très dangereuse parce qu'insidieuse et portée à se voiler sous des dehors très raisonnables de sécurité, d'avancement social, d'amélioration de sa qualité de vie, de prospérité économique et même d'une certaine générosité.

Car l'avare, celui qui manie des sommes colossales, aime à être considéré comme un philanthrope : les largesses auxquelles il consent justifient sa soif de posséder davantage, son insatiable cupidité. C'est ainsi qu'il arrive que l'avarice puisse s'accompagner de prodigalité.

Comme l'avarice est une maladie, l'avare pense constamment à l'argent et aux richesses : sa pensée est naturellement tournée vers l'argent. Les désirs qui naissent de sa pensée ainsi orientée l'obsèdent. C'est un obsédé de l'argent et des biens matériels.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

L'argent fait l'objet de ses plus hautes préoccupations

La perspective d'une perte ou de certaines dépenses à faire l'attriste, et même l'irrite. Son désir de gagner toujours plus d'argent dicte son comportement.

L'argent a une telle place dans sa pensée et dans son cœur que cela occasionne d'incessants conflits avec son entourage : sa famille, ses proches, ses compétiteurs dans les affaires.

Comme l'illustre "l'Avare" de Molière, il ne veut pas faire les dépenses qui seraient nécessaires au bien-être de sa famille. Il cherche tous les moyens pour éviter de payer sa quote-part de taxes et d'impôts, qui serait sa juste contribution au bien commun de la société. Tels sont les principaux symptômes de la triste maladie de l'avarice.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Les « filles de l'avarice »

Les sept « filles » qui naissent de l'avarice sont : la trahison, la fraude, la tromperie, le parjure, l'inquiétude, la violence, la dureté de cœur ou l’insensibilité à l'égard des misères de la société moderne contemporaine.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Comment nait de l'avarice ces différents vices ?

1 - Elle tient trop à conserver les biens qu'elle possède, et il en résulte qu'elle rend insensible à la misère d'autrui, parce que le cœur n'est pas adouci par la compassion et excité à user de ses richesses pour venir au secours des autres.

2 - L'avarice tient trop à acquérir des biens. Sous ce rapport, on peut la considérer de deux manières. D'abord, d'après ce qu'elle est dans l'affection. À cet égard, elle produit l'inquiétude, parce que l'homme se donne des soucis et des soins superflus; car l'avare n'est jamais rassasié.

Ensuite, on peut la considérer effectivement. Pour avoir le bien d'autrui, tantôt elle emploie la force, ce qui appartient à la violence, tantôt le dol, (la douleur) ce qui prend le nom de tromperie, quand il se pratique par parole simplement. Mais si le dol se commet par des actes, il y a fraude relativement aux choses, et il y a trahison relativement aux personnes.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

La dépendance de l'argent - avec le désir du pouvoir qui l'accompagne - ferme donc le cœur à la compassion, le durcit, le rend inhumain.

Il n'a pas d'expressions assez fortes pour dénoncer cette inhumanité. La dépendance de l'argent remplit l'âme d'inquiétude.

Elle inspire la violence, car pour s'emparer des biens d'autrui, on est prêt éliminer ses légitimes possesseurs, et même à lancer de vastes opérations de guerre, si les richesses convoitées en valent la peine.

Il faudra, bien entendu, cacher ses véritables intentions sous les nobles prétextes d'un combat nécessaire pour la liberté, pour la démocratie, pour le progrès de la civilisation.

La soif exécrable de l'argent et du pouvoir utilise, sans sourciller, avec le sourire même, le mensonge, la fraude à petite et grande échelle, comme dans certains scandales boursiers et cette soif démoniaque ne recule devant aucune trahison.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Les remèdes à l'avarice : La Réflexion

Avec les moyens surnaturels, qui sont absolument indispensables pour guérir de l'avarice, il faut recourir aux moyens naturels à notre portée dont le premier et le plus nécessaire est la réflexion.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Il faut réfléchir sur la condition des avares, qui s'accrochent sans cesse à une illusion de bonheur : une illusion, car le bonheur qu'ils cherchent dans les richesses s'éloignera toujours de plus en plus d'eux, à la mesure que grandira leur désir de l'argent. La passion de l'argent qui dévore l’humanisme est en effet insatiable.

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

L'avare ne peut pas être vraiment heureux. Il se fatigue, s'impose mille privations sans même pouvoir jouir de sa fortune. Il vit dans une inquiétude perpétuelle de perdre ce qu'il a amassé. Il se rend odieux à tout le monde, néanmoins le pouvoir que lui confère son argent, car ce pouvoir est détestable, en tout cas il n'est jamais "juste"…

LE SUCCES, C’EST AVOIR A S’INQUIETER DE TOUT, SAUF DE L’ARGENT ! VRAIMENT ?

Une autre réflexion qu'on peut faire concerne la folie de s'attacher à des biens qui, de toute façon, nous seront violemment arrachés au moment de la mort. Hélas...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Très bel article.
Vous auriez pu aussi mettre en opposition l'avarice vil besoin honteux d'entasser des richesses et la prodigalité ainsi que l'économie. L'économe sait se passer du superflu pour ne garder que l'essentiel .
Bien cordialement
Répondre
M
Très bel article bien documenté
Comme dit ce proverbe :
"L'argent ne fat pas le bonheur mais il y contribue"
Mais nos députés en ce moment ne se montrent pas très transparents au niveau de leur fortune et de leur patrimoine . Ils devraient pourtant montrer l'exemple, non ?
Cordialement
Répondre