Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

LA LIBERTE D’ETRE.

LA LIBERTE D’ETRE.
D’abord, il m’importe de préciser que le point géométrique est une abstraction de l’esprit !

Si vous entrez dans le monde de l’infiniment petit, le point n’existe pas et ne peut exister. Il sera toujours un cercle empli d’une « sombritude » qui laisse à penser pour le commun des mortels. Naturellement !

Mais, réfléchissez, projetez-vous sur le monde du microscope et de l’équation mathématique, il est impossible de « dessiner » un point « fini », tel qu’on l’imagine en apparence !

LA LIBERTE D’ETRE.
Nous vivons dans un monde composé uniquement d'apparences.

En effet, ce qui fait que cet objet devant moi est une table, c'est l'usage que je lui ai assigné. Rien ne m'empêche de considérer que le plateau constitue un objet qui n'a rien à voir avec les pieds.

L'unité d'une chose est régie en fonction de l'utilisation qu'on peut en faire, donc notre découpage du réel est centré sur nous et non sur le monde tel qu'il est en fait. Nous voyons le monde pour nous et pas le monde en soi.

Ces apparences nous sont données non pour la connaissance mais pour savoir s'en servir.

Bergson disait bien que « connaître une chose, c'est savoir s'en servir ». Ce n'est donc pas une vraie connaissance que nous avons des choses. Ne dit-on pas que faite abstraction de quelque chose, c'est abstraire, donc enlever tout ce qui est superflu pour ne dégager que l'essentiel ?

Lorsqu'un discours a été dépouillé de ses entités superflues, il est abstrait donc les personnes qui n'y sont pas habituées ont tendance à s'ennuyer en l'écoutant, ce qui les fait dire "c'est rasoir", l'expression venant de là.

Mais revenons au moment où la conduite de l'être humain se réduisait à des automatismes.

LA LIBERTE D’ETRE.
Cela ne l'a pas empêché d'inventer le langage.

En effet, qu'est-ce que le langage sinon un répertoire d'abstractions ? Quand on oppose les noms communs aux noms propres, les noms communs ne sont pas des noms malpropres, autrement dit sales, comme le croient parfois les élèves des écoles primaires.

Ils sont communs, non parce qu'ils seraient banals, quelconques, ou auraient perdu de la valeur, mais simplement parce qu'ils expriment ce qu'il y a de COMMUN à plusieurs choses singulières.

Ainsi l'idée de table contient ce que toutes les tables ont en commun, à savoir le fait d'avoir un ou plusieurs pieds et un plateau au-dessus. L'idée de table ne suppose pas qu'elle ait précisément quatre pieds ou qu'elle soit faite en bois.

Le langage, au départ, n'était pas perçu comme une invention de génie, mais plutôt comme une réponse à une nécessité qui s'est imposée. On peut dire que l'humanité a inventé le langage malgré elle.

LA LIBERTE D’ETRE.
En effet, l'homme a commencé à vivre en groupe pour former une entraide.

Mais celle-ci ne pouvait servir qu'à condition que chacun sache ce dont quelqu'un pouvait avoir besoin, et qui ne pouvait pas être désigné du doigt car absent dans les environs.

Les mots servaient à remplacer les choses lorsqu'elles étaient absentes et qu'il était nécessaire d'y faire référence.
On remarque que chaque fois que l'homme s'offre une possibilité nouvelle, une nouvelle nécessité apparaît. En effet, la possibilité de l'entraide d'un groupe a nécessité le langage.

LA LIBERTE D’ETRE.
La possibilité de désigner une chose sans la montrer allait à son tour nécessiter la structuration de ces attributs automatiques, c'est-à-dire la grammaire.

Aux noms sont venus s'ajouter les verbes, car il ne suffisait pas de désigner les choses dans l'espace, encore fallait-il désigner les actions dans le temps.

C'est pour cela que verbe se dit en allemand « Zeitwort » c'est-à-dire « mot de temps ». Ensuite, il a fallu trouver des mots qui désignaient les attributs de ces noms et verbes. Les attributs des noms furent désignés par les adjectifs qualificatifs, et les attributs des verbes furent désignés par les adverbes, qui sont tout simplement les adjectifs du verbe. L'abstrait était donc fait pour pallier à un manque.

LA LIBERTE D’ETRE.
L'abstraction répondait également à une envie d'uniformiser les pensées de chaque individu pour mieux les coordonner.

Mais les individus pensent-ils tous de la même façon ? Nous n'en avons pas la preuve. En effet, supposons qu'une personne demande à une autre de lui apporter un certain objet. Si cette dernière lui obéit, elle apportera cet objet, ce qui ne veut pas dire qu'elles pensent à la même chose.

Les résultats souhaités par les deux personnes s'accordent, mais seulement les résultats. Les deux personnes ne pensent pas pour autant l'objet de la même façon. Ce n'est pas parce qu'elles sont toutes deux d'accord pour dire que cet objet porte ce nom-là qu'elles le voient de la même façon.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article