Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

La supposée patience consiste à engloutir l’adversité, sans même un froncement de sourcils.

La supposée patience consiste à engloutir l’adversité, sans même un froncement de sourcils.

La détresse…

Comme le reconnaissent certains psychologues lorsqu'un individu souffre psychiquement, c’est l’être tout entier, à savoir toutes les dimensions de son esprit, qui sont concernées. Au départ il s’agit souvent d’une idée, donc d’une raison précise qui à elle seule fait entrer dans l’engrenage de la souffrance.

La supposée patience consiste à engloutir l’adversité, sans même un froncement de sourcils.

Puis tout l’univers psychique, le monde intérieur de la personne devient lui-même noir, laid, déprimant.

L’ambiance de ce qui nous entoure devient en effet réellement noire simplement parce qu’elle trahit l’objet de ce qui nous agresse.

De plus, ce mal être qui accapare l’individu prend dans le même temps une forme presque physique en ce sens que l'individu ressent des sensations désagréables, pénibles, comme le cœur qui fait « mal », la sensation d’une boule dans le ventre, etc.

Ainsi la souffrance s’étend à tous les aspects de la vie psychique de l’individu : les idées, le climat de son monde intérieur, et enfin au niveau de ses sensations internes (et c'est bien sur ces dernières que jouent les antidépresseurs).

La dépression, elle, est une source de souffrance a priori anormale car non justifiée par des raisons concrètes.

La supposée patience consiste à engloutir l’adversité, sans même un froncement de sourcils.

La dépression a de particulier qu’une fois installée, elle s’auto-alimente.

En effet de même que l’insomniaque craint de ne pas s’endormir ce qui l’empêche effectivement de plonger dans le sommeil, de même le dépressif souffre de sa condition, a peur que son état se prolonge, et cette peur, cette simple idée, entretient bel et bien sa situation de souffrance intérieure. Il est question d'un cercle vicieux.

Bien que les dépressions puissent varier selon les individus, d'une manière générale les thérapeutes constatent que les dépressifs ont en quelque sorte et découvrent un monde, un univers de cauchemar, de mal-être et de laideur qui les rend malheureux et les obsède.

Cet univers est fantasmagorique car créé par la personne en état de souffrance et est donc une vue tordue de la réalité, bien que pourtant bien réelle, voire plausible pour l'être, à tel point qu’il est souvent difficile d'en sortir, et que si le dépressif y parvient, les rechutes sont courantes.

La supposée patience consiste à engloutir l’adversité, sans même un froncement de sourcils.

La question de l'existence de la souffrance chez les animaux reste un sujet de controverses.

De nombreux auteurs modernes pensent cependant que ceux des animaux qui possèdent des structures cérébrales comparables à celles des êtres humains (cortex cérébral ou structures semblables) et qui montrent, sur le plan de la cognition, des capacités proches de celles des humains, doivent avoir des capacités de souffrance.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Inutile de se taper la tête contre les murs ou de sombrer.
Il faut relever la tête.
Seuls ceux qui souffrent et qui n'ont plus d'espoir de vie savent ce que c'est que la pente vers l'enfer, les autres doivent POSITIVER.
Répondre
L
Cette photo d'une corde prête à rompre est fort désagréable à voir ...!!!
J'aime la vie et j'aime l'homme avec qui je vis, alors j'essaie de gérer les problèmes les uns après les autres et ne pas me laisser envahir par des émotions incontrôlées.
Il faut faire face et ne jamais baisser les bras.
Cordialement
Répondre
S
Il ne FAUT surtout PAS que la dépression s'auto-alimente ... !!!
La vie vaut la peine d'être vécue.
Il ne faut pas se la compliquer ...
Tout le monde a des hauts et des bas, des soucis de toutes natures, mais l'espérance de vie et le bonheur de vivre heureux sont bien réels alors il faut s'y accrocher ...
Cordialement
Répondre
J
Bonjour,
Oui je sais par expérience qu'un dépressif a du mal à RELATIVISER.
Pour lui tout va mal dans son monde et RIEN n'y fait ...pas moyen de positiver ...!
Pourtant la vie est belle quand on est aimé.
Le bonheur n'est-il pas le chemin sur lequel nous sommes.
Et si ce chemin est parcouru avec un être qui nous aime et que l'on aime, c'est fort agréable de le parcourir.
Alors il faut essayer de laisser derrière soi les idées noires, avancer sur son chemin et ne pas se miner ...
Bien cordialement
Répondre