Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

Le système judiciaire est ainsi fait qu'on convoque un jury pour un délit relativement grave, et que, par conséquent, de très nombreuses personnes ont eu « l'insigne plaisir et l'honneur » de se voir convoquer pour être jurés, et ce souvent à de multiples reprises.

Les Cour d'Assises en France font appel à un jury dit populaire, ce qui fait que les jurés potentiels répondent bien plus rarement. Je ne connais d'ailleurs personne à qui ce soit arrivé.

Pour autant, toute personne inscrite sur les listes électorales (je ne sais plus si une condition d'âge supplémentaire requise, comme avoir plus de 21 ans, ainsi qu'une condition de casier judiciaire vierge...

Je ne suis pas juriste mais susceptible de me voir désigner « jury d'assises » pour une session de cette Cour.

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

En théorie, nul moyen d'y échapper sauf cas de force majeure, mais il est interdit de refuser, théoriquement sous peine de lourde amende !!!

Bien que je me sois laissé dire que pas mal de gens parviennent à y couper (vu que ça perturbe pas mal le train-train quotidien de Monsieur Machin, et qu'il risque fort de perdre pour un bout de temps son salaire « de cadre supérieur » contre une indemnité de misère.

Bien que je suppose que les chances de me voir affecter à un tel rôle soient inférieures à celles de recevoir un pot de géranium tombé d'un balcon sur le coin de la tronche. Je me suis parfois interrogé sur ce que je ferais si jamais pareille chose m'arrivait.

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

Et je suis toujours parvenu à la conclusion que je refuserais. Par pour couper à la responsabilité, mais pour des raisons relevant du registre de l'objection de conscience.


Bien sûr, si la peine de mort était encore en vigueur en France, il serait pour moi hors de question de participer à un jury susceptible de devoir la prononcer, et je me réfugierais derrière n'importe quoi plutôt que d'y participer.

Il me semble couler de source que participer à un système, et surtout à un système à la portée aussi longue et la symbolique aussi lourde que le système judiciaire, en l'espèce une cour d'assises, revient à cautionner ce système, à en approuver le mode de fonctionnement, à le reprendre à son compte.

Ce que je ne ferais certes pas dans le système pénal actuel.

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

Évacuons tout d'abord la raison la plus anecdotique et la plus immédiate : l'état lamentable de nos prisons surpeuplées qui font la honte de l'Europe.

Si je devais être juré, je me refuserais tout simplement à prononcer l'incarcération d'un homme dans de telles geôles.

Est-ce à dire qu'il faille laisser les criminels en liberté ?

A ce stage de ma réflexion, je n'ai pas besoin de me prononcer à ce propos.

Si la société souhaite les incarcérer, qu'elle fournisse d'abord le moyen de le faire dans le respect de la dignité humaine, et sans traitement inhumain ou dégradant.

En l'absence de cette garantie, je refuse de participer d'une manière ou d'une autre à l'incarcération de qui que ce soit.

C'est au système carcéral de fournir ces garanties préalablement à toute incarcération.
Mais ce n'était, finalement, pour moi, qu'une remarque liminaire et circonstancielle.

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

Il existe des raisons plus profondes.

Tout d'abord, il me semble que s'affirmer capable de juger un homme, de proposer sa culpabilité et sa peine, c'est nécessairement s'affirmer meilleur qu'il n'est, au moins s'il est coupable.

Le condamner, c'est assurer que, placé dans les mêmes circonstances que lui, on aurait agi différemment, mieux que lui, que l'on serait resté innocent.

C'est cette innocence affirmé, mais également projetée, qui nous donne droit à juger le coupable : je ne puis te juger que parce que je suis innocent de tout crime, et que, placé dans ta situation, j'en serais resté innocent -alors que tu en es coupable !!!

Je ne peux pas affirmer dans l'absolu un telle chose. Et je crois que plein d'illusions est celui le ferait...

Rien ne me permet d'assurer que je suis, et en toutes circonstances, je resterais meilleur que ce présumé criminel que je suis supposé juger.

De ce fait, en mon âme et conscience, je ne puis être son juge.

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

Mais allons plus profond encore.

Accepter d'être juré, c'est approuver les principes mêmes qui fonde notre système judiciaire, pour sa partie pénale.

Quel est le principe fondamental ? A la culpabilité, on répond par la peine, c'est à dire par une mesure qui a, à la fois, en théorie, un rôle de protection de la société, et en très-très-très-théorie, un rôle d'amendement du condamné (effet bien connu de la prison, ha ha ha...), et qui de plus est une PUNITION. D'où nous vient de cette idée fondée qu'à la culpabilité ? On doit répondre par la punition ?

Oh, elle nous vient de très loin, de l'Ancien Testament, elle a pour origine le péché originel d'Adam et Eve punis par l’Éternel, chassés pour siècles de siècles du Jardin d’Éden, pour les châtier de cette culpabilité.

Si « Dieu » l'a fait, à supposer que l'on soit croyant en ce principe religieux supérieur, nous sommes fondés peut-être à agir suivant son exemple ?

Oui, mais... C'est un concept que partagent les trois monothéismes (Judaïsme, Christianisme, Islam, par ordre d’apparition à l'image).

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

Ou alors où sont les preuves ? Et les témoins ???
La science n'a jamais pu, à ce jour, mettre en évidence le moindre libre-arbitre. Celui-ci, qui semble couler de source pour nos opinions occidentales, est fondamentalement « questionné », mis en cause ou, pire, nié par des philosophies de type orientales.

Mais voilà, s'il n'y a pas de libre-arbitre (et nous n'avons aucune preuve qu'il existe rationnellement, alors...il ne saurait exister de culpabilité formelle...donc pas de punition autant formelle !

Ce serait alors une injustice.

Ça ne veut bien sur pas dire que la société n'a aucun droit à se protéger des exactions de certains de ses membres et sans oublier les victimes, mais elle ne peut le faire sous l'angle culpabilité/punition, du moins de mon point de vue.

Ne pouvant adhérer à un tel système, je ne puis en aucun cas être un juré d'assises…

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

Encore plus loin ?
Pour qu'il y ait un coupable, il faut non seulement qu'il y ait culpabilité prouvée, donc libre-arbitre, mais il faut avant tout qu'il y ait un individu réel, séparé, indépendant, pour porter cette culpabilité et subir le châtiment.

Pour notre civilisation occidentale, l'existence de cet individu est un fait d'évidence qu'on ne discute même pas.

Autre problème : pas de libre-arbitre donc pas de coupable, donc ... pas de victime ! Pourtant, il y a eu préjudice (certes la punition ne redonne pas vie à un proche).

Pourquoi considérer qu'il existe un libre-arbitre ou qu'il n'y a pas de libre-arbitre, est-ce qu'il n'y a pas un peu des deux ?
Tout d'abord, il me semble que s'affirmer capable de juger un homme, de prononcer sa culpabilité donc sa peine, c'est nécessairement s'affirmer meilleur qu'il n'est, au moins s'il est coupable.

Je n'ai pas besoin de me voir supérieur à autrui pour estimer que le prévenu a fait ou pas, une connerie.

Tout simplement parce qu'il m'arrive moi-même d'en faire, et parce que je suis à peu près conscient et relativement lucide.

Quand je roule à 140 km/h sur l'autoroute, je sais que je suis hors-la-loi. Si on me demandait de juger M. X qui a été flashé à 140 km/h, je répondrais donc qu'il est coupable, au même titre que je trouverais normal qu'on me juge coupable si j'étais à sa place.

Je ne compare pas, par ailleurs, des criminels humains avec des animaux qui ne sont que des prédateurs...

L'analogie des tigres est intéressante : si je cherche à m'en protéger, cela ne les rend pas moins dangereux.

Dans le cas de l'Homme et si l'on n'arrive pas à le rendre moins dangereux, alors que faut-on ???

S'il devient moins dangereux, comment peut-on être sur qu'il l'est réellement, réellement moins...et surtout qu’il le demeurera ???

Le rendre moins dangereux efface t’il le préjudice subi ?
Je veux dire par là qu'au final, l'individu fait des choix (vous me direz que c'est la définition du libre-arbitre) mais que ces choix sont tellement influencés par des déterminations (historiques, psychologiques, sociales ou autres...), que ce n'est plus un libre-arbitre pur.

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

Si je ne perds pas de vue l'humanité du coupable, je n'oublie pas l'humanité des victimes et leurs collatéraux; et je serais bien emmerdé d'être Juré d'Assises.
Tout ceci, je le pense, nous force à réfléchir sur de supposées évidences (culpabilité, responsabilité, libre-arbitre ou non, etc.)

Sur le fait aussi que ces présupposés ont amenés nos sociétés à chercher d'abord la répression des « criminels », quels qu'ils soient, plutôt que la solution au dilemme « comment éviter que tel crime se reproduise, tout en essayant de faire en sorte que le criminel ne soit pas laisser à pourrir en prison » ???

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!

JE PENSE QU'ON NE PEUT JUGER AUTRUI QU'A CONDITION DE JUGER D'ABORD LES ACTES !

Nous disposons d'un libre-arbitre conditionné qui opère à l'intérieur d'un champ donné, de frontières (dues à l'intériorisation de contraintes sociales, de comportements soucieux, de contraintes de genre, d'expériences vécues, de statuts sociaux, etc.).

On me dira le "libre-arbitre", ne l'est pas s'il n'est pas complet. Comment pourrait-on préciser la définition exacte du libre-arbitre tout simplement ?????

That is the question !

Si on ne commence pas par ça, la discussion va tourner en rond des heures et des années.

Les psychanalystes, sociologues, criminologues et magistrats ont du pain sur la planche autour d'une table ronde.

La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!
La justice est dominée par le libre-arbitre, donc elle est nulle !?!
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe 02/01/2019 15:33

Puis-je savoir qui est l'auteur de cet article? J'aimerais le contacter.