Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ANDREBIO

05/02/2016 15:46

Le Pont des Arts à Paris envahi par les "cadenas"

Le Pont des Arts à Paris envahi par les "cadenas"

Des couples du monde entier, se vouant un amour éternel, ont pris l'habitude de fixer des cadenas gravés à leurs noms sur les rambardes du Pont des Arts à Paris et de jeter la clé dans la Seine, une mode dont l'ampleur pose problème à la mairie de Paris.

Plus de 1.600 "cadenas d'amour" de toutes tailles, selon un comptage de l'AFP, décorent les rambardes du pont. Les cadenas les plus anciens portent la date de 2008.

L'origine de cette pratique est mystérieuse.

Selon des touristes italiens, elle viendrait du roman sentimental italien "J'ai envie de toi", de Federico Moccia, où le héros et l'héroïne accrochent un cadenas avec leur nom sur un lampadaire du Ponte Milvio près de Rome, s'embrassent et jettent la clé dans les eaux du Tibre.

D'autres y voient une origine plus lointaine. A Moscou, les rambardes du Pont Luzhkov ont tellement encombrées de centaines de "cadenas d'amour" que des arbres métalliques ont été installés sur le pont pour pouvoir les attacher.

Le Pont des Arts à Paris envahi par les "cadenas"

A Kaliningrad, les couples dont le mariage vient d'être célébré à la cathédrale se rendent en cortège sur un pont voisin, où les jeunes mariés accrochent des cadenas gravés portant leurs noms.

Cette pratique est aussi signalée à Bruxelles, Kiev, Vilnius, Florence sur le Pont Vieux, Vérone, la ville de Roméo et Juliette sur le Pont de Pierre, et à Venise.

En Chine, les touristes qui escaladent la montagne sacrée de Huchan ont la surprise de voir des grappes de cadenas avec des noms d'amoureux attachés sur les rambades d'accès.

A Marrakech, des pèlerins accrochent des cadenas aux grilles des fenêtres de deux mosquées de la ville. Il ne s'agit pas de "cadenas d'amour" car ceux-ci sont scellés jusqu’à l’exaucement d’une prière : naissance, guérison, amour.

Le Pont des Arts à Paris envahi par les "cadenas"

A Paris, l'afflux de ces cadenas commence à déborder sur le Pont de l'Evêché avec déjà une centaine de cadenas et sur la Passerelle Léopold-Senghor (une vingtaine de cadenas) où le vendeur de marrons chauds vend aussi des cadenas à 5 euros pièces.

A la mairie de Paris, on estime que cette mode "pose la question de la préservation du patrimoine", précisant qu'à terme, ces cadenas seront enlevés.

"On travaille sur une solution de remplacement, pourquoi pas une sorte d'arbre métallique qui servirait de support à ces cadenas", ajoute la mairie.

Les noms des signataires viennent de tous les pays du monde : Masatoshi et Ayako côtoient Markus et Alicia, Bikounet et Shimonnett, Stefan und Constance; Gent et Maria fêtent un anniversaire avec un "te amo, feliz aniversario, april Paris 2010".

Une famille slovaque - Dusan, son épouse Ljuka et leur fils Maj, 8 ans - accrochent trois cadenas enchevêtrés à la balustrade, donnent les clés à leur fils qui aura la mission de revenir récupérer les cadenas lorsqu'il sera adulte.

Le Pont des Arts à Paris envahi par les "cadenas"
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Micka 15/08/2014 18:47

Bonjour, je suis l'auteur de la première photo de cette article. Afin de respecter le copyright et donc mon travail, merci de bien vouloir faire un lien vers mon site en tant que copyright
La photo originale se trouve ici : http://www.mikitof.fr/2011/09/les-cadenas-damour-du-pont-des-arts/